Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'EUTHANASIE MARDI 13-03-2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: L'EUTHANASIE MARDI 13-03-2007   Mer 14 Mar 2007 - 21:25

MARDI 13 MARS 2007

L’Euthanasie

1 Corinthiens 6 : 19-20

19 Ne savez–vous pas que votre corps est le temple du Saint–Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous–mêmes ?
20 Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.


19 Paul rappelle aux Corinthiens leur noble et sainte vocation. Ont-ils oublié que leurs corps sont le temple du Saint-Esprit ? L’Ecriture affirme solennellement que chaque enfant de Dieu est habité par l’Esprit de Dieu. Comment pourrions-nous dans ces conditions livrer à un usage vil notre corps qu’habite le Saint-Esprit ? De plus, non seulement notre corps est le temple du Saint-Esprit, mais nous ne nous appartenons pas à nous-mêmes. Nous n’avons pas le droit de disposer de notre corps comme nous l’entendons. En définitive, notre corps appartient au Seigneur et non à nous.
20 Vous avez été rachetés à un grand prix. Christ a payé le prix, le prix de son sang. Et depuis, notre corps et notre esprit appartiennent à Dieu, et doivent être utilisés pour le glorifier. Le fait que nous soyons à lui, rachetés, faisant partie de son temple spirituel, nous met dans l’obligation absolue de consacrer notre corps et notre esprit à son service.


Romains 12 : 1-2

1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.
2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.


Les croyants doivent se consacrer à Dieu. (#1,2)

1,2 L’apôtre ayant terminé la partie de son épître dans laquelle il discute et prouve les diverses doctrines qui sont pratiquement appliquées, ici il insiste sur les devoirs importants émanant des principes de l’évangile. Il a imploré les Romains, comme étant ses frères en Christ, par les miséricordes de Dieu, de Lui présenter leurs corps comme un sacrifice vivant. Ceci est un puissant appel. Nous recevons tous les jours du Seigneur les fruits de sa miséricorde. Rendons-lui en retour tout ce que nous pouvons ; tout ce que nous sommes, tout ce que nous avons, tout ce que nous pouvons faire : et après tout qu’est ce retour par rapport aux grandes richesses que nous recevons ? Ce qui est acceptable à Dieu, c’est un service raisonnable, pour lequel nous sommes capables et prêts à donner une raison, et que nous comprenons. La conversion et la sanctification sont le renouvellement de l’esprit ; elles sont un changement, non pas de la substance, mais des qualités de l’âme. Le progrès de la sanctification, qui conduit de plus en plus à la mort au péché et à la vie à la justice, est opéré sur cette oeuvre de renouvellement, jusqu’à ce que cela soit parachevé dans la gloire. Le grand ennemi à ce renouvellement est la conformation à ce monde. Soyons prudents, lorsque nous formons des plans de bonheur, si ces projets reposent dans les choses de ce monde, choses qui passent très vite. Ne tombons pas dans les habitudes de ceux qui marchent dans la convoitise de la chair, et qui ont l’esprit aux choses terrestres. L’oeuvre du Saint Esprit commence d’abord dans la compréhension, puis elle se fait sur la volonté, les affections, et la conversation, jusqu’à ce qu’il y ait un changement de l’ensemble de l’homme dans la ressemblance avec Dieu, dans la connaissance, la justice, et la véritable sainteté. Ainsi, être pieux, c’est de nous abandonner à Dieu.

3 Jean 2

2 Bien–aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme.

2 La coutume du Ier siècle voulait qu’une lettre commençât par une prière. Celle de Jean est que la santé de Gaïus prospère comme le fait son âme.
Apparemment Gaïus ne se portait pas très bien puisque Jean souhaite que sa santé physique puisse égaler sa vigueur spirituelle. Quand Jean dit : Je souhaite que tu prospères à tous égards, il est peu probable qu’il pense à la richesse et à la prospérité matérielle. Il parle plutôt du bien-être physique, comme l’indiquent les mots suivants et sois en bonne santé.
Pourrions-nous souhaiter que notre condition physique corresponde à notre état spirituel ? N’est-il pas tristement vrai que nous prenons un soin plus grand de notre corps que de notre âme ?
Il ne serait pas souhaitable d’exprimer à tous nos amis le voeu du verset 2, car si l’état de leur corps devait correspondre à celui de leur âme, ils tomberaient malades sur-le-champ.
Le v. 2 contredit nettement l’enseignement de certains « guérisseurs de l’Evangile ». En effet, ils sont nombreux à soutenir que toute maladie résulte d’un péché et que, si quelqu’un n’est pas guéri, son manque de foi en est la cause. Rien de plus faux dans le cas de Gaïus : son état spirituel était bon mais sa santé laissait à désirer. Ainsi notre condition physique n’est pas forcément le reflet de notre état spirituel.


1 Corinth 3 : 16-17

16 Ne savez–vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?
17 Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes.


16 Paul rappelle aux chrétiens qu’ils sont le temple (gr. : « le sanctuaire intérieur ») de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en eux. Il est vrai que chaque croyant pris individuellement est un temple de Dieu habité par l’Esprit-Saint. Mais ce n’est pas cette idée qui est exposée ici. L’apôtre pense à l’Assemblée comme à un corps collectif, et souhaite que ses lecteurs mesurent la sainte dignité d’une telle vocation.
17 Le troisième type d’oeuvre dans l’Eglise locale est celui qu’on pourrait qualifier de destructeur. Il s’était apparemment introduit dans l’Eglise de Corinthe des docteurs dont l’enseignement entraînait davantage au péché qu’à la sanctification. Ils ne voyaient pas comme une chose grave les dommages considérables qu’ils causaient au temple de Dieu. Paul leur adresse un sévère avertissement : Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira. Cela veut dire que si quelqu’un s’introduit dans une Eglise locale et ruine son témoignage, Dieu le détruira. Ce passage s’applique aux faux docteurs qui ne sont pas d’authentiques disciples du Seigneur Jésus. La gravité d’une telle entreprise de destruction est soulignée par les derniers mots : Car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'EUTHANASIE MARDI 13-03-2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande d'euthanasie
» Pardonner 70 fois 7 fois (Mardi 3ème semaine du Carême)
» Mardi Gras 2008
» Mardi Gras 2010
» Bilan Hiver 2007-2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: