Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LA SUPERSTITION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 41
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: LA SUPERSTITION   Ven 13 Avr 2007 - 10:01

Deutéronome 18.9-14

Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là. Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel ; et c’est à cause de ces abominations que l’Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. Tu seras entièrement à l’Éternel, ton Dieu. Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins ; mais à toi, l’Éternel, ton Dieu, ne le permet pas.

b) Définition de la superstition
La superstition peut être définie comme une croyance au surnaturel, motivée par la peur, l’ignorance ou une image irréaliste de la vie. Tout ce que je crains ou que j’aime plus que Dieu peut devenir objet de superstition. La superstition entraîne toutes sortes de pratiques occultes, comme la magie noire ou blanche, la sorcellerie, la communication avec les esprits, etc. La motivation de ces pratiques est toujours plus ou moins le désir d’être "comme Dieu", d’avoir sa connaissance de l’avenir, son pouvoir sur les êtres et les choses, de réaliser ses désirs, de dépasser ses limites humaines. On veut forcer le destin à prendre un autre cours, canaliser la peur suscitée par des croyances superstitieuses (.vendredi 13, chat noir traversant la route) en enclenchant un mécanisme de pratiques susceptibles de conjurer le danger supposé (signe de croix, toucher du bois, etc.).

Dans l’A.T., les prescriptions de Lv. 19.31 et Dt 18.11 interdisant la divination montrent que les Israélites n’étaient pas à l’abri de l’influence des nations païennes superstitieuses (cf. 2R. 21.6).

Dans le N.T., le mot grec "deisidaimonia" n’est pas rendu par superstition/ superstitieux, mais par religion/ religieux : dans Act. 17.22 p. ex., Paul qui se trouve à Athènes (ville vouée aux idoles), s’adresse à ses habitants en disant qu’ils sont "extrêmement religieux". De même, Festus dit à Agrippa que les juifs avaient eu avec Paul des discussions relatives à leur religion particulière (Act. 25.19).

Dans les sciences modernes, on peut classer les horoscopes et les prédictions basées sur l’astrologie auxquels une proportion importante de nos concitoyens ajoutent foi. Cette superstition repose sur la croyance des peuples antiques (Babyloniens, Grecs) qui voyaient dans les astres des divinités (nos planètes en portent encore les noms : Mars, Saturne, Mercure ... qui déterminaient le destin de ceux qui naissaient à l’époque où ils dominaient la configuration du ciel. L’horoscope (étym. : la vue des heures) fonde toutes ses prédictions sur l’heure de la naissance. L’occultisme et le spiritisme sont d’autres superstitions très prisées par l’homme moderne en quête d’une spiritualité autre que celle de la Bible. Toutes ces pratiques sont clairement interdites par la Bible (v. aussi Es. 8.19 ; Zach. 10.2 ; Act. 19.19s.). "Dictionnaire Biblique"


c) Autres réalités
Le poète Emmanuel Geibel a dit très justement : "La foi se heurte à une porte fermée, grimpe par la fenêtre sous forme de superstition. Chassez Dieu et vous donnerez libre accès aux fantômes !"

L’incrédulité consciemment vécue conduit très vite à dépendre de la superstition.

"Tous les signes, les médailles plus ou moins "bénites", les fétiches, les reliques, billets de voeux, messages "célestes", prières, et la Bible elle-même (lorsqu’elle est prise comme porte-bonheur) sont des idolâtries que Dieu hait." - " Les superstitions appartiennent aussi au domaine occulte et Dieu les regarde comme un péché d’abomination, aussi répandues soient-elles dans nos pays dits chrétiens ! On observe certains signes et règles, croyant qu’ils portent du malheur ou du bonheur, au lieu de croire tout simplement à notre Dieu Tout-Puissant et au salut manifesté par la résurrection corporelle de Jésus. On considère les chiffres : 3,7,9,13 ... comme portant bonheur ou malheur. On récite ou on fait quelque chose : 3 fois, 7 fois ou pendant 3,7 ou 9 jours. On ne veut pas prêter durant 3 jours, ne pas semer, ni planter, ni mettre au mâle, ni planter, ni se marier, ni voyager certains jours ou à certaines époques de l’année. Pour se préserver de divers maux, on touche du bois..., on ne donne, par peur, ni couteau, ni cravate, ni épingle, etc...


Les Superstitions
Les gens savaient dans leur coeur que leurs péchés devaient être punis. Ils étaient coupables. Mais ils ne savaient pas comment les péchés pouvaient être pardonnés. - Ils imaginaient une chose après l’autre à faire ou à ne pas faire. Ils avaient peur quand un chat noir traversait leur chemin ; ils redoutaient les miroirs cassés, ne passaient jamais sous une échelle. Ils pensaient que toutes ces choses leur porteraient malheur et bien des gens le croient encore. En les évitant, ils espèrent vivre leur vie et ne pas être punis de leurs péchés après la mort. La crainte est quelque chose de terrible. Peut-être avez-vous eu peur de quelques unes de ces choses ou connaissez-vous quelqu’un qui en a peur ?

Il y avait des gens qui adoraient le soleil. Ils avaient des fêtes spéciales pour remercier le dieu soleil des légumes, des fruits et des céréales qu’ils récoltaient dans leurs jardins et dans leurs champs. Ils n’avaient pas de Bible. Ils ne pouvaient donc pas savoir que le Dieu vivant et vrai a fait le soleil et envoyé la pluie pour que les plantes puissent croître.

Ils avaient peur parce qu’ils ne connaissaient pas le Dieu vivant qui les aime. Dieu ne veut pas que ses enfants aient peur. Il veut que nous croyons qu’il prend soin de nous.


Porte-bonheur
Il y a bien longtemps, dans l’ancienne Gaule et en Grande Bretagne, les gens croyaient que les fantômes et les sorcières venaient leur faire du mal, une certaine nuit. C’était la veille de la Toussaint. Les gens portaient sur eux des objets porte-bonheur pour se protéger. Ils allaient dans les cimetières et priaient pour que les âmes de leurs parents morts ne viennent pas errer sur la terre.

Le fer à cheval et le trèfle à quatre feuilles sont connus pour porter bonheur celui qui les possèdent, une main plate qui voudrait arrêter le mauvais sort. Une dent en ivoire ou en or pour me protéger, de même que la croix ou le crucifix qu’on place dans nos maisons.

La coccinelle (bête à bon Dieu), araignée du soir, nids d’hirondelles dans les maisons, rencontre d’un ramoneur ou d’un porc, chaînes de lettre de prières, bagues contenant un poil de queue d’éléphant, breloques d’après les signes du zodiaque et choisies d’après la date de naissance, mascottes des conducteurs de voiture, port d’amulettes et de fétiches.


Signes de prétendu malheur ou de mauvais augure :
Sortir du lit avec le pied gauche, araignée du matin, rencontre d’un chat noir ou d’une veille femme, épingles, ciseaux, couteaux donnés en cadeau, cri de la chouette ou du corbeau (le vol du corbeau peut-être présage d’un décès), le chiffre 13, le vendredi, craquement dans le bois, bris d’un miroir, de vaisselle, chute d’un tableau, renverser la salière, toucher du bois, etc...

Avoir l’oreille gauche qui bourdonne, signifie que quelqu’un dit du mal à votre propos (un seul remède : mettre votre petit doigt entre vos dents, votre médisant ennemi se mordra aussitôt la langue). Rêver qu’on vous arrache une dent veut dire qu’il y aura une naissance prochaine dans la famille.

Pour gagner aux cartes, on fait pirouetter trois fois la chaise. C’est un très bon signe.

Eloigner le malheur
Les gens croyaient aussi que les étoiles contrôlaient leur vie. Ils regardaient les étoiles et disaient par exemple : "la position des étoiles indique que quelqu’un de ma famille va mourir cette année." Ils lisaient aussi les feuilles de thé pour dire ce qui allait arriver. Beaucoup de gens le font encore aujourd’hui. De nos jours, beaucoup touchent du bois quand ils veulent s’assurer de garder quelque chose ou de se préserver de quelque mal. N’avez-vous jamais entendu : "Il faut que je touche du bois" ? et aussitôt les gens cherchent autour d’eux une table ou un objet en bois. On connait aussi l’expression "se croiser les doigts" pour attirer le bonheur.

Dans certaines régions, on utilise des moyens pour éloigner le malheur. Dans les champs on suspends un corbeau mort, pour faire fuire les vivants.


On utilise aussi des coutumes religieuses :

En Flandre, les paysannes dissimulent une image pieuse sous le seuil de leur maison pour la défendre contre tout mauvais sort.

En, Campine, les fermiers chaulent des croix dans leur étables pour protéger le bétail contre les maléfices.

On trace des croix sur les portes, sur la pierre sur seuil, ou l’on place des balais en forme de croix.

On utilise ainsi du sel ou de l’eau bénite, quand ce n’est pas de l’ail.

On demande aussi au prêtre de venir dire un prière, de bénir ou de dire une messe, pour se garantir de tout mauvais sort.

Nos chapelles dans nos campagnes furent érigées pour exorciser les carrefours (endroits choisis par dérision de la croix) des orgies et messes noires qui y avaient eu lieu.


Les amours
Il y a longtemps, les filles jouaient à un jeu de la pomme dans une cuve et après l’avoir prise sans l’aide des mains, elle pelait leur pomme. Quand elle laissait tomber la longue pelure, elle croyait que celle-ci formerait l’initiale du garçon qu’elle épouserait. La superstition faisait partie de ce jeu. On le joue encore maintenant. Certains croient que si on la pelle sans coupure on sera mariée cette année. (sans tenir compte des nombreux signes qui prédisent un garçon ou une fille pour l’année qui vient)

Si vous entendez un cri de souris, pour certains cela signifie que votre mari vous trompe. Il existe des moyens pour le faire revenir, comme de percer un oignon de 13 épingles et le mettre sur la cheminée et attendre que l’oignon sèche (ou avec un bougie) l’être aimé reviendra ensuite.

A côté de cela, il existe tout une série de vœux à faire dans certaines conditions : lorsque vous voyez une étoile filante, ou les soirs de pleine lune.


Connaître l’avenirAujourd’hui beaucoup veulent savoir votre signe du zodiaque. Cela fait partie des ruses de Satan. N’ayez rien à voir avec ses choses. Satan nous trompe chaque fois que nous nous laissons entraîner à participer à ces jeux diaboliques dans les séances d’occultisme où l’on essaie aussi de parler avec l’esprit d’un mort, à nous faire tirer les cartes ou à demander des réponses à l’aide d’objets, etc.


Le mangeur de péché
Autrefois les gens cherchaient comment éviter la punition de leurs péchés. Ils cherchaient comment quelqu’un pouvait être puni à leur place. Quand une personne mourait, on amenait un homme pauvre qui devait manger un morceau de pain et boire du vin près du cadavre. Cet homme était appelé un mangeur de péché. On disait qu’il prenait le péché du mort et qu’ainsi son esprit ne reviendrait pas parmi les hommes. Par toutes sortes de moyens les hommes essaient de se débarrasser de la crainte de la punition.

La superstition, au contraire, consiste à agir sur le produit de l’imagination humaine, qui crée tout un rituel de règle et de recettes. La foi se trouve alors réduite à une technique ayant une valeur et une puissance en elle-même.

A de nombreuses reprises, la Bible souligne la différence entre la foi et la superstition. Ex Moïse et les magiciens.

A la base de la superstition, on trouve la crainte : crainte de la mauvaise fortune, de la maladie, des coups durs, contre lesquels on cherche à se prémunir. Au lieu de placer uniquement en Dieu sa confiance, on cherche des garanties, on essaie d’avoir prise sur les éléments redoutés que l’on cherche à contrôler. Mais ces garanties ne sont pas toujours suffisantes. Il en faut de nouvelles, et cela devient un engrenage qui conduit à l’esclavage de la peur, du doute, des idoles, amulettes, fétiches, reliques dans lesquels on se confie.

La foi, au contraire, conduit à la liberté.
"Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. (Jean 8:32,36)

La foi élève, la superstition avilit. Elle flatte l’égoïsme de l’homme, la soif de jouissance, de richesse. Comme pour le peuple d’Israël, la révélation de Dieu est libératrice de toute forme de superstition. La loi de Dieu cherche à éviter tout ce qui pourrait ressembler à des pratiques superstitieuses : rejet du culte des morts, de certains gestes, pratiques, tels que faire cuire un chevreau dans le lait de sa mère,(rite pratique par les Cananéens).

Verge d’Aaron, serpent d’airain, ne pourront jamais devenir des objets de superstition.

La superstition est une foi dégénérée, un matérialisme de la foi, ce n’est plus Dieu qui agit, c’est la vertu du geste, de la parole ou de l’objet.

Déjà du temps de Jésus, dans le domaine démoniaque, les juifs utilisaient toute une série de pratique - remède composé de fiel du coeur et du foie d’un poisson (Tobie 6.8-9).

"Ne crains pas"

"Tu es à moi"

"L’occultisme ne peut rien contre Israël"

Aux chrétiens tentés par les craintes superstitieuses Paul dit :

"il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix." (Colossiens 2:15)

Continuer à les redouter, c’est donc nier la seigneurie de Christ, rabaisser l’oeuvre du calvaire, oublier que nous sommes cachés en Christ.

Bien sûr, il ne faut pas mettre l’oeuvre du calvaire au rang d’un talisman magique, le sang de Christ n’agit en aucune manière, de façon mécanique. Placer une carte postale rouge au dessus de sa porte relève de la plus basse superstition. "Etre au bénéfice du sang de Christ", si on veut utiliser cette expression, veut dire que nous sommes nés de nouveau et donc au bénéfice de la croix.


Quelques versets

"Si l’on vous dit : Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir, Qui poussent des sifflements et des soupirs, Répondez : Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu ? S’adressera-t-il aux morts en faveur des vivants ?" (Esaïe 8:19)

"Car les théraphim ont des paroles de néant, Les devins prophétisent des faussetés, Les songes mentent et consolent par la vanité. C’est pourquoi ils sont errants comme un troupeau, Ils sont malheureux parce qu’il n’y a point de pasteur." (Zacharie 10:2)

"Et un certain nombre de ceux qui avaient exercé les arts magiques, ayant apporté leurs livres, les brûlèrent devant tout le monde : on en estima la valeur à cinquante mille pièces d’argent. C’est ainsi que la parole du Seigneur croissait en puissance et en force. (Actes 19:19-20)

"Ne vous tournez point vers ceux qui évoquent les esprits, ni vers les devins ; ne les recherchez point, de peur de vous souiller avec eux. Je suis l’Éternel, votre Dieu." (Lévitique 19:31).

Tiré du site www.protestanet.be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://partage.actifforum.com
 
LA SUPERSTITION
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la superstition en question
» Superstition, votre avis...
» superstition
» La superstition et le mauvais augure
» la superstition du pape François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: Réfléxions et partage sur des sujets précis-
Sauter vers: