Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LES DEPENDANCES MARDI 17 AVRIL 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: LES DEPENDANCES MARDI 17 AVRIL 2007   Mer 18 Avr 2007 - 11:59

MARDI 17 AVRIL 2007

Les dépendances.

Jean 8 : 36

36 Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

Dans ce verset le mot Fils se rapporte sans conteste à Christ lui-même : ceux qui sont affranchis par lui deviennent réellement libres. Quand on vient au Sauveur et reçoit de lui la vie éternelle, on est libéré de l’esclavage du péché, du légalisme, de la superstition, et de la puissance des démons.

Psaumes 102 : 20-21

20 Car il regarde du lieu élevé de sa sainteté; Du haut des cieux l’Eternel regarde sur la terre,
21 Pour écouter les soupirs du prisonnier, Pour délivrer ceux qui sont en danger de mort,


19-23 La délivrance est divine.
On se souviendra toujours non seulement que Dieu a délivré Sion, mais surtout qu’il a entendu les gémissements des captifs. Dans ces trois subdivisions, l’immuabilité de Dieu est centrée sur ce seul point : il écoute et exauce les prières de celui qui est troublé. Nous voyons ainsi comment la méditation sur la façon dont l’Éternel agit vis-à-vis de Sion rejoint les besoins de l’individu qui, dans sa souffrance, prie.


Genèse 3 : 14-19

14 L’Eternel Dieu dit au serpent : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.
15 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle–ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.
16 Il dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.
17 Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie,
18 il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs.
19 C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.


14,15 Dieu applique sa sentence ; Il commence là où le péché a débuté, par le serpent. Les disciples du Diable doivent partager les punitions qui Lui sont réservées. Sous l’apparence du serpent, le Diable a été découvert par Dieu, et Celui-ci l’a abaissé et puni ; le serpent a été détesté par la race humaine : Il sera aussi détruit et ruiné aux derniers jours par le Rédempteur, ce dernier lui brisera la tête. La guerre est déclarée entre la Semence de la femme et celle du serpent. On peut voir dans tout cela les fruits de cette inimitié : Il y a une guerre perpétuelle entre la grâce et la corruption, dans les cœurs du peuple de Dieu. Satan, par ses corruptions, ébranles ces cœurs, les passe au crible, et cherche à les dévorer. Les cieux et l’enfer ne pourront jamais être réconciliés, tout comme la lumière et l’obscurité ; il en est de même avec Satan et l’âme sanctifiée. Il y a également, en ce monde, une lutte perpétuelle entre le méchant et l’homme de Dieu. Une promesse pleine de grâce est faite dans ce texte, au sujet de Christ : Il est Celui qui délivre l’homme tombé sous la puissance de Satan. On découvre ici toute la perspective de l’évangile : Dès que la blessure a été faite, le remède a été fourni et révélé. C’est une révélation, pleine de grâce, représentée par un Sauveur, venu de Son plein gré, alors que l’on ne le recherchait même pas. Sans cette révélation de la grâce, qui donne l’espérance et le pardon, le pécheur convaincu sombrerait dans le désespoir et l’endurcissement. Par la foi en cette promesse, nos premiers parents et les patriarches qui vécurent avant le déluge, étaient justifiés et sauvés. Des points doivent être remarqués au sujet de Christ. Premièrement, Son incarnation, ou Sa venue dans la chair. C’est un grand encouragement pour le pécheur de voir que le Sauveur est la Semence de la femme, Il est os de nos os, #Heb 2:11,14. Deuxièmement, Ses souffrances et Sa mort; la remarque de Satan "qui brise le talon" représente Sa nature humaine meurtrie. Les souffrances de Christ sont prolongées par celles des saints qui souffrent en Son Nom. Le Diable tente le peuple de Dieu, il le persécute et le met à mort ; il en est de même avec les meurtrissures de Christ, affligé par les afflictions des siens. Mais tandis que le talon est brisé ici-bas, la Tête est dans les cieux. Troisièmement, Sa victoire sur Satan. Christ a réduit à néant la tentation de Satan, en extirpant les âmes de Son pouvoir. Par Sa mort Il a porté un coup fatal au royaume satanique, Il a frappé la tête du serpent d’une blessure inguérissable. Dès que l’évangile gagne du terrain, l’Ennemi finit par tomber.
16-19 La femme, par son péché, est condamnée à souffrir et à être assujettie ; les punitions à ce manquement, ont été déterminées après qu’elle ait succombé au désir de ses yeux, de sa chair et de son orgueil. Le péché n’apporte que souffrance et tristesse dans le monde, ce qui provoque des torrents de larmes. Ne cherchons pas l’origine de tous nos soucis quand nous vivons dans le péché. Le commandement divin "Il dominera sur toi" s’adresse aux épouses. Si l’homme n’avait pas péché, il aurait tout régi avec sagesse et amour ; de même, la femme aurait obéi avec douceur et humilité. Adam a fait porter la responsabilité de la faute à sa femme ; mais bien qu’Eve soit en faute d’avoir persuadé son mari de manger du fruit défendu, il revient à Adam de porter la responsabilité de l’avoir écoutée. Ainsi, au jour du Jugement, les indulgences demandées par les hommes quant à leurs frivolités, se retourneront contre eux. Dieu a montré son déplaisir envers Adam. Premièrement, en maudissant son environnement habitable. Dieu avait donné à la descendance humaine une terre où il faisait bon vivre ; celle-ci est maintenant souillée par le péché humain. Adam n’a pas été maudit, comme le serpent le fut, uniquement le sol en subit les conséquences. Deuxièmement son travail et ses plaisirs sont tachés d’amertume. Le travail est notre devoir, il doit être accompli avec fidélité ; toute pratique d’oisiveté finira par être condamnée. Les désagréments et la fatigue dus au travail ne sont qu’une juste rétribution que nous devons subir avec patience ; et ce n’est même pas la punition que nous devrions avoir à cause de notre péché. Bien que l’homme ne soit pas astreint à manger la poussière, comme le serpent, il en est réduit à se nourrir avec l’herbe des champs. Troisièmement, la durée de sa vie sera réduite ; si l’on considère tous les ennuis qui lui sont échus après la chute, c’est presque une faveur de lui avoir donné peu de jours à vivre ici-bas. Bien que la mort soit redoutable par nature, et bien triste, même à la fin d’une vie bien remplie, cela aboutit toujours par cette punition. Le péché a apporté la mort dans le monde : Si Adam n’avait pas commis d’iniquité, il ne serait pas mort. Il a ouvert le chemin de la tentation, mais le Seigneur a pallié à sa faute. Quelle satisfaction admirative nous pouvons avoir, devant la mort et les souffrances expiatoires de notre Seigneur Jésus ! Il a ainsi subi la sentence prévue à l’origine pour nos premiers parents. Est-ce que les douleurs de l’enfantement sont survenues par le péché ? Nous pouvons lire en, #Isa 53:11 à quel point l’âme de Christ a souffert ; Il a souffert jusqu’à la mort, #Ac 2:24. Est-ce que la servitude est survenue par le péché ? Christ est né sous la loi, #Ga 4:4. Il a été fait malédiction pour nous, Il a été maudit dans Sa mort, #Ga 3:13. Les épines sont-elles venues par le péché ? Notre Sauveur a été couronné d’épines, pour nous. Est-ce que la sueur est survenue par le péché ? Il a été couvert de sueur pour nous, il a été couvert de grumeaux de sang. Est-ce que la douleur est due au péché ? Il a été fait homme de douleur ; pendant Son agonie, Son âme a été au comble de la souffrance. Est-ce que la mort est survenue suite au péché ? Il a été obéissant jusqu’à la mort. Le remède est proportionnel à la blessure. Béni soit Dieu pour son Fils, notre Seigneur Jésus-Christ.


[color=brown]Philippiens 4 : 8


8 Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées.

L’apôtre donne quelques conseils concernant les pensées. De très nombreux versets bibliques nous enseignent que nous pouvons contrôler notre pensée. Inutile d’être défaitistes et de dire que nous ne pouvons pas nous empêcher d’avoir des idées indésirables. Le fait est que nous pouvons réagir : il faut penser positivement. De nos jours c’est un principe bien connu : la puissance irrésistible d’une affection nouvelle. Nul ne peut nourrir des idées mauvaises et penser au Seigneur Jésus en même temps. Alors, quand survient une pensée malsaine, il faut s’en débarrasser et se rappeler la personne et l’œuvre de Christ.
Au v. 8, il est inutile de chercher bien loin pour trouver le Seigneur Jésus. Tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange se trouve en lui. Passons en revue ces vertus une à une. Vrai signifie authentique et réel, au contraire de ce qui est faux et peu fiable. Noble veut dire honorable ou moralement satisfaisant. Juste, c’est ce qui l’est vis-à-vis de Dieu et des hommes. Pur se réfère à la haute moralité de la vie d’une personne. Aimable caractérise ce qui est admirable ou agréable à posséder ou à envisager. Tout ce qui mérite l’approbation peut aussi se traduire par « de bonne réputation » ou « honnête ». Vertueux désigne bien sûr l’excellence morale. Etre digne de louange, c’est être un sujet d’éloges.
Au verset précédent, l’apôtre a assuré les croyants que Dieu garderait leurs cœurs et leurs pensées en Jésus-Christ. Mais il a omis de leur rappeler qu’ils avaient aussi une responsabilité dans ce domaine. Dieu ne garde pas l’esprit de celui qui ne veut pas le garder pur.


Éphésiens 4 : 22-24

22 par rapport à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,
23 à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence,
24 et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.


22 A l’école de Christ, nous apprenons qu’à notre conversion nous nous sommes débarrassés du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses. Le vieil homme signifie tout ce qu’on a été en tant que descendant d’Adam avant la conversion. On était corrompu parce qu’on s’abandonnait à des convoitises trompeuses, mauvaises qui, bien que prometteuses en anticipation, produisent un sentiment de dégoût et de déception en rétrospective. De par sa position en Christ, le vieil homme du croyant fut crucifié et enterré avec Christ. Dans la pratique, le croyant devrait le compter comme mort. Paul souligne ici une vérité qui touche à notre position en Christ : nous nous sommes dépouillés du vieil homme une fois pour toutes.
23 Aux pieds de Jésus, les Ephésiens apprirent, en deuxième lieu, à être renouvelés dans l’esprit de leur intelligence. Cela indique une volte-face totale de leur manière de penser, un changement allant de l’impureté mentale à la sainteté. L’Esprit de Dieu influence le fonctionnement de la pensée, qui se met à raisonner du point de vue de Dieu et non de celui des inconvertis.

24 En troisième lieu, ils avaient été instruits à revêtir l’homme nouveau une fois pour toutes. En Christ, le croyant est en effet un homme nouveau. C’est la nouvelle création, dans laquelle les choses anciennes sont passées et toutes choses sont devenues nouvelles (#2Co 5.17). Ce nouveau type d’homme est selon Dieu, c.-à-d. créé à sa ressemblance. Cela se manifeste par une justice et une sainteté que produit la vérité. La justice signifie une conduite juste envers les autres. La sainteté est « la piété envers Dieu, à qui la première place est donnée


Éphésiens 6 : 10-20

10 Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante.
11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.
12 Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.
13 C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.
14 Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ;
15 mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix ;
16 prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ;
17 prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.
18 Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.
19 Priez pour moi, afin qu’il me soit donné, quand j’ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l’Evangile,
20 pour lequel je suis ambassadeur dans les chaînes, et que j’en parle avec assurance comme je dois en parler.


Exhortations concernant le combat chrétien (6.10-20)
Paul va conclure son épître. En s’adressant à toute la famille de Dieu, il leur lance un appel émouvant en tant que soldats de Christ. Tout enfant de Dieu véritable apprend assez vite que la vie chrétienne est un combat. Les armées de Satan se vouent à empêcher et à obstruer l’œuvre de Christ et à terrasser le soldat individuel. Mieux un croyant sert le Seigneur, plus il sera soumis aux attaques sauvages de l’ennemi : le diable ne gaspille pas ses munitions contre les chrétiens de nom. Nous ne pouvons venir à bout du diable par nos propres forces. La première injonction préparatoire est donc que nous soyons continuellement fortifiés dans le Seigneur et par les ressources infinies de sa force toute-puissante. Les meilleurs soldats de Dieu sont ceux qui sont conscients de leur propre faiblesse et inefficacité et qui s’appuient uniquement sur lui. « Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes » (#1Co 1.27 b). Notre faiblesse nous incite à nous confier en sa force toute-puissante.

Jean 8 : 32

32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.

32 Cette promesse s’adresse à tout vrai disciple : Vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous affranchira. Les Juifs ne connaissaient pas la Vérité, et ainsi demeuraient dans l’esclavage terrible de l’ignorance, de l’erreur, du péché, du légalisme et de la superstition. Ceux qui connaissent véritablement le Seigneur Jésus sont délivrés du péché, marchent dans la lumière, et sont conduits par le Saint-Esprit de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LES DEPENDANCES MARDI 17 AVRIL 2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» semaine du 23 au 29 avril 2007
» Observations pour le Lundi 30 Avril 2007
» Invitation au Camp de Montreuil-sur-Mer (28-29 Avril 2007)
» Semaine du 26 mars au 1er avril 2007
» Semaine du 16 au 23 avril 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: