Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'ATTITUDE DE DIEU ENVERS NOUS MARDI 24 AVRIL 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: L'ATTITUDE DE DIEU ENVERS NOUS MARDI 24 AVRIL 2007   Mer 25 Avr 2007 - 12:51

MARDI 24 AVRIL 2007

L’attitude de Dieu envers nous

Psaumes 113 : 1-9

1 Louez l’Eternel ! Serviteurs de l’Eternel, louez, Louez le nom de l’Eternel !
2 Que le nom de l’Eternel soit béni, Dès maintenant et à jamais !
3 Du lever du soleil jusqu’à son couchant, Que le nom de l’Eternel soit célébré !
4 L’Eternel est élevé au–dessus de toutes les nations, Sa gloire est au–dessus des cieux.
5 Qui est semblable à l’Eternel, notre Dieu ? Il a sa demeure en haut ;
6 Il abaisse les regards Sur les cieux et sur la terre.
7 De la poussière il retire le pauvre, Du fumier il relève l’indigent,
8 Pour les faire asseoir avec les grands, Avec les grands de son peuple.
9 Il donne une maison à celle qui était stérile, Il en fait une mère joyeuse au milieu de ses enfants. Louez l’Eternel !


1-3 Sa louange

Alors que ceux qui servent l’Éternel et le connaissent tel qu’il s’est révélé par son nom peuvent s’encourager réciproquement à le louer, l’Éternel est également digne de louange en tout temps et en tout lieu. Béni... célébré : la forme de chacun de ces verbes suggère « digne d’être... ».« Célébrer », c’est reconnaître avec joie ce que Dieu est ; « bénir » comprend en plus l’idée de s’agenouiller dans l’adoration.

4-6 Son exaltation

La « position élevée » de l’Éternel relie ces versets : ni la puissance collective de l’humanité, ni la merveille physique des cieux sublimes ne peuvent le dépasser.
Il doit vraiment « s’abaisser » (littéralement : « agir dans l’humilité pour voir... ») Pour que les cieux paraissent à sa vue.


7-9 Sa compassion

Cependant ce qui est unique en l’Éternel n’est pas le fait qu’il mérite une louange universelle et éternelle, ni sa transcendance elle-même, mais c’est qu’il s’approche des pauvres pour les délivrer, pour transformer leur condition et pour satisfaire leurs aspirations. Cf. #1Sa 2:1-8 ; #Ps 103:4; 105:17-22 ; #Esa 49:19-21.

Psaumes 103 : 11

11 Mais autant les cieux sont élevés au–dessus de la terre, Autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent ;

Psaumes 103 : 13-14

[color:ccc1=blue:ccc1]13 Comme un père a compassion de ses enfants, L’Eternel a compassion de ceux qui le craignent.
14 Car il sait de quoi nous sommes formés, Il se souvient que nous sommes poussière.

11 à 14 L’infinie grandeur de la grâce divine. Les compassions divines.
Après avoir considéré les effets de la grâce divine dans sa propre expérience et dans celle d’Israël, le psalmiste en vient à la considérer en elle-même, et le contraste qu’il a constaté entre la gravité du péché de l’homme et la modération du châtiment divin (verset 10) semble lui dévoiler des perspectives infinies, où plonge son regard.
Autant les cieux sont élevés... Il en est de la grâce de Dieu comme de la hauteur des cieux, qui ne se peut mesurer ; comme les cieux également, elle couvre et embrasse la terre entière dans son immensité.
Autant est grande..., littéralement : autant est puissante sa gratuité. Toutefois elle ne manifeste sa puissance et son efficace qu’en ceux et pour ceux qui le craignent, pénétrés du sentiment de leur petitesse
et de leur indignité.
Regarde le ciel ; partout, de tous côtés, il enveloppe la terre ; il n’existe pas une parcelle de terre qui n’en soit recouverte. Quand le ciel cessera de recouvrir la terre, alors Dieu cessera de protéger ceux qui le craignent.
Esaïe parle aussi de la distance entre le ciel et la terre, pour faire ressortir le contraste entre les pensées égoïstes de l’homme et les pensées miséricordieuses de l’Eternel. {#Esa 55:7-9}

Proverbes 3 : 11-12

11 Mon fils, ne méprise pas la correction de l’Eternel, Et ne t’effraie point de ses châtiments ;
12 Car l’Eternel châtie celui qu’il aime, Comme un père l’enfant qu’il chérit.


11,12 Mais tout d’abord, l’auteur avertit le lecteur que Dieu, dans son amour, peut envoyer à ses enfants l’adversité, tout comme la prospérité. Voyez la déclaration de Bacon : « La prospérité est la bénédiction de l’Ancien Testament ; l’adversité est celle du Nouveau. » Pour savoir ce qui comporte la plus grande bénédiction et la révélation la plus nette de la faveur divine, il faut avoir recours à un passage comme celui-ci. D’après les LXX, #Heb 12:6 peut se traduire ainsi : « Car le Seigneur discipline celui qu’il aime et châtie tout fils qu’il reçoit. » Les mêmes consonnes hébraïques, avec des voyelles différentes, donnent le mot « châtie » (cf. #2Sa 7:14).

11 et 12 Après les conseils adressés à l’homme dont les affaires prospèrent, en voici qui regardent celui que visite l’adversité. Ces versets sont cités #Heb 12:5, d’après les Septante, qui, au lieu de comme un père, ont lu il châtie. Ils expriment l’idée qu’expose Elihu, dans les chapitres 32 à 37 de Job : les épreuves que Dieu envoie aux siens ont pour mobile l’amour, et pour but le perfectionnement du fidèle.


Romains 8 : 28

28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.

28 Dieu fait concourir toutes choses au bien de ceux qui l’aiment, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Cela ne nous paraît pas toujours évident ! Parfois, quand nous sommes en proie à la souffrance telle qu’une tragédie, un deuil, le découragement ou la frustration, nous nous demandons quel bien peut en résulter. Mais le verset suivant donne la réponse : tout ce que Dieu permet dans notre vie est destiné à nous rendre semblable à l’image de son Fils. Quand nous le comprenons, nous cessons d’adresser à Dieu des « pourquoi ? ». Notre vie n’est pas contrôlée par des forces impersonnelles comme le hasard, la chance ou la fatalité, mais par notre Seigneur merveilleux et personnel qui est « trop aimant pour se montrer cruel et trop sage pour se tromper ».

Romains 8 : 31-32

31 Que dirons–nous donc à l’égard de ces choses ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?
32 Lui qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera–t–il pas aussi toutes choses avec lui ?


31 Quand nous considérons ces liens indissolubles dans la chaîne dorée de la rédemption, la conclusion s’avère inévitable ! Si Dieu est pour nous, au sens où Il nous a désignés d’avance pour lui appartenir, alors nul ne peut être contre nous avec succès. Si l’omnipotence divine oeuvre en notre faveur, alors aucune puissance moindre ne peut faire échouer son dessein.
32 Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous. Quelles merveilleuses paroles ! Nous ne devons jamais permettre à notre familiarité envers elles de ternir leur éclat, ni d’amoindrir leur pouvoir qui nous pousse à l’adoration. Quand un monde perdu avait besoin d’être sauvé par un Substitut sans péché, le grand Dieu de l’univers ne retint pas le plus précieux Trésor de son coeur, mais le livra à une mort ignominieuse par amour pour nous.
De cette vérité découle une logique irrésistible : si Dieu nous a déjà donné le plus grand don, nous refusera-t-Il un seul don plus petit ? S’Il a déjà payé le prix le plus élevé, hésitera-t-Il à payer un prix inférieur ? S’Il est allé aussi loin pour nous procurer le salut, peut-Il nous abandonner ? Comment ne nous donnera-t-Il pas aussi toutes choses avec Lui ?


Romains 8 : 33-34

33 Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie !
34 Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !


33 Nous sommes encore dans le cadre d’un tribunal, mais maintenant un changement remarquable est intervenu. Alors que le pécheur justifié se tient à la barre, ses accusateurs éventuels sont appelés à se présenter. Or, il n’y en a pas un seul ! Comment pourrait-il y en avoir ? Si Dieu a déjà justifié ses élus, qui les accusera ?
Si nous faisons précéder chaque réponse des mots : « Personne, car... », L’argument de ce verset et du suivant paraîtra beaucoup plus clair. Alors ce verset se lirait ainsi : Qui accusera les élus de Dieu ? Personne, car c’est Dieu qui justifie. Si nous n’ajoutons pas ces quelques mots, on pourrait penser que Dieu accusera ses élus, précisément, ce que Paul nie de façon catégorique !
34 Un autre défi retentit ! Y a-t-il quelqu’un qui puisse les condamner ? Personne, car Christ est mort pour l’accusé, est ressuscité des morts, est maintenant à la droite de Dieu et intercède pour eux. Si le Seigneur Jésus, à qui tout jugement a été remis, ne condamne nullement l’accusé mais au contraire prie pour lui, alors personne d’autre ne pourrait avoir une raison valable pour le condamner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilia

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 22
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: L'ATTITUDE DE DIEU ENVERS NOUS MARDI 24 AVRIL 2007   Dim 29 Avr 2007 - 15:32

Merci beaucoup Guido de nous mettres les études bibliques sur ce FORUM c'est très gentil.
Que Dieu te bénisse et te comble de ses bienfaits... Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'ATTITUDE DE DIEU ENVERS NOUS MARDI 24 AVRIL 2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ô Dieu,envoie-nous des fous
» chercher dieu en nous
» DIEU qui nous appelle à vivre (chant, audio)
» De la miséricorde de Dieu envers le pécheur
» Bonsoir sur une méditation = la grâce de Dieu avec nous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: