Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L ARMURE DU CHRETIEN JEUDI 09/08/2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: L ARMURE DU CHRETIEN JEUDI 09/08/2007   Ven 10 Aoû 2007 - 12:20

JEUDI 09/08/2007

L’armure du chrétien.

Ephésien 6 : 13-17

13 C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.
14 Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ;
15 mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix ;
16 prenez par–dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ;
17 prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.


13 Alors que Paul écrivait, il était probablement gardé par un soldat romain armé de pied en cap. Toujours prêt à tirer des leçons spirituelles du monde naturel, il en fait l’application : nous sommes entourés par des ennemis formidables ; il nous faut prendre toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister quand le conflit atteint une intensité féroce, et d’être trouvés debout une fois que la bataille a cessé. Le mauvais jour se rapporte probablement à toute attaque acharnée de l’ennemi. L’opposition satanique semble arriver en vagues qui avancent et reculent. Même après la tentation de notre Seigneur dans le désert, le diable le quitta jusqu’à un moment favorable (Voir Luc 4.13).
14 Tenez donc ferme . . . ayez à vos reins. Il décrit alors l’armure qui doit être revêtue. Le soldat romain portait une ceinture, une cuirasse, des chaussures à clous de fer, un casque pour protéger sa tête, et portait un grand bouclier sur son bras gauche qu’il tenait devant lui. Son arme était l’épée. C’était avec l’épée, et non avec la lance, comme pour les autres nations que les romains ont conquis le monde. Et tout ceci représente les parties de l’armure spirituelle du chrétien. La vérité pour ceinture. La ceinture tenait l’armure en place et portait l’épée. Ainsi, la vérité maintient l’armure du chrétien et l’épée de l’Esprit. La cuirasse de la justice. La cuirasse couvrait le coeur et les poumons. Si la Justice de Christ recouvre notre coeur, il ne peut rien nous arriver de mal.
15 Le soldat doit être chaussé du zèle que donne l’Evangile de paix. Cela signifie qu’il faut être prêt à partir pour annoncer la bonne nouvelle de paix, ce qui implique une invasion du territoire de l’ennemi. Quand nous nous relâchons dans nos tentes, nous sommes en péril mortel. Nous trouvons notre sécurité en suivant les beaux pieds du Sauveur sur les montagnes, annonçant de bonnes nouvelles et publiant la paix (#Esa 52.7 ; Ro 10.15).
16 Prenez par dessus tout cela le bouclier de la foi. Le bouclier romain rectangulaire, long d’environ 1 mètre demi, recouvrait le corps entier, et était une protection complète en lui même. De même la foi, celle qui fait entièrement confiance en Dieu et qui ne doute jamais, est la meilleure de toutes les défenses. La foi éteint, arrête, met fin à tous les doutes, les murmures et les suggestions mauvaises des méchants. Les traits enflammés. Ceux-ci étaient des projectiles envoyés à la main, et très dangereux à moins qu’ils ne soient arrêtés par le bouclier.
17 Le casque que Dieu pourvoit est le salut (Esa 59.17). Quelque féroce que soit la bataille, le chrétien n’est pas intimidé, puisqu’il sait que la victoire finale est assurée. L’assurance de la délivrance ultime le préserve de reculer ou de se rendre. « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Ro 8.31 b).
Finalement, le soldat prend l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu. L’illustration classique se trouve dans l’usage que fit notre Seigneur de cette épée lors de sa rencontre avec Satan. Par trois fois, Il cita la Parole de Dieu, non pas n’importe quels versets, mais les versets appropriés que le Saint-Esprit lui donna en cette occasion (#Lu 4.1-13). La Parole [38, voir "Eph 6.24" @@ "38. "] De Dieu ne signifie ici pas la Bible entière, mais le passage particulier de la Bible qui est le plus apte en ce cas.


2 Corinthien 5 : 20-21

20 Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !
21 Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.


20 Paul, qui a reçu le message de la réconciliation, a aussi été envoyé pour le proclamer à toute l’humanité. Nous proposons de voir dans la section qui va de 5.20 à 6.2, un résumé de la Parole de la réconciliation. Paul nous livre l’essentiel du message qu’il prêchait aux inconvertis alors qu’il allait de pays en pays et de continent en continent. C’est important de comprendre ce passage ainsi. Car Paul n’exhorte pas les Corinthiens à être réconciliés avec Dieu, puisqu’ils le sont déjà par leur foi en Christ. Il leur donne simplement un aperçu du message qu’il proclame aux perdus partout où ses pas le conduisent.

L’ambassadeur est un fonctionnaire de l’Etat ; il représente son gouvernement à l’étranger. Paul considère toujours le ministère chrétien comme une vocation noble et élevée. Ici, il se compare lui-même à un ambassadeur chargé de représenter Christ au monde dans lequel il vit. Il est un porte-parole de Dieu, et Dieu exhorte par son intermédiaire. Ce langage ne convient guère à un ambassadeur. Généralement, nous n’imaginons pas ce haut dignitaire en train de supplier ; aussi est-ce la gloire de l’Evangile de présenter Dieu en quelque sorte agenouillé, suppliant avec larmes les hommes et les femmes d’être réconciliés avec lui. Si l’inimitié subsiste, elle est entièrement le fait de l’homme. Car Dieu a renversé toutes les barrières, afin de rendre possible la communion de l’homme avec lui. Le Seigneur a fait tout ce qui était en son pouvoir. Il ne reste plus à l’homme qu’à déposer les armes, mettre fin à sa révolte, et être réconcilié avec Dieu.
21 Ce verset fournit la base doctrinale à notre réconciliation. Comment Dieu a-t-il rendu la réconciliation possible ? Comment peut-Il accueillir des pécheurs coupables qui s’approchent de lui dans la repentance et la foi ? La réponse est en Christ : le Seigneur Jésus a efficacement et définitivement résolu le problème de notre péché, si bien que plus rien ne fait obstacle à notre réconciliation avec Dieu.
En d’autres mots, Dieu a fait devenir Christ péché pour nous, lui qui n’a point connu le péché, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.
Gardons-nous toutefois de penser que sur la croix de Golgotha Jésus soit devenu pécheur en lui-même. Une telle idée est fausse. Nos péchés ont été placés sur lui, non en lui. Ce qui s’est produit, c’est que Dieu a fait de Jésus la victime expiatoire en notre faveur. Désormais, celui qui place sa confiance en Christ est reconnu juste par Dieu. Les exigences de la loi ont été pleinement satisfaites par notre Substitut.
Quelle vérité précieuse que celle-ci : Celui qui n’a pas connu le péché a été fait péché pour nous, afin que nous, qui ne connaissions pas la justice, devenions en lui justice de Dieu ! Aucun mortel ne pourra jamais suffisamment manifester sa reconnaissance à Dieu pour une grâce aussi abondante.


Ephésien 6 : 18

18 Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.

18 La prière n’est pas mentionnée comme faisant partie des armes ; mais nous ne surévaluerons pas son importance en disant que c’est l’atmosphère dans laquelle le soldat doit vivre et respirer. C’est dans un esprit de prière qu’il doit endosser l’armure et faire face à l’ennemi. La prière devrait être continuelle et non sporadique, une habitude et non un acte isolé. En outre, le soldat devrait employer toutes sortes de prières : la prière publique et privée ; la prière réfléchie et spontanée ; la supplication et l’intercession ; la confession et l’humiliation ; la louange et les remerciements.
Et la prière devrait être faite par l’Esprit, c.-à-d. inspirée et conduite par lui. Si l’on ne prie que formellement, par routine (sans réfléchir au sens des paroles), de quelle valeur cela peut-il être dans le combat contre les armées de l’enfer ? La prière doit être vigilante, poursuivie avec une entière persévérance. Il nous faut combattre l’assoupissement et veiller à ce que nos pensées ne divaguent pas et ne se préoccupent pas d’autres sujets. La prière exige de l’acuité spirituelle, de la vigilance et de la concentration. Et elle demande de la persévérance. Nous ne devons pas nous lasser de demander, de chercher et de frapper (#Lu 11.9). Nos supplications devraient englober tous les saints. Eux aussi sont mêlés au combat et doivent être portés dans la prière par leurs camarades en armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 40
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: L ARMURE DU CHRETIEN JEUDI 09/08/2007   Lun 13 Aoû 2007 - 15:41

super suivi !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://partage.actifforum.com
 
L ARMURE DU CHRETIEN JEUDI 09/08/2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rébellion des Chrétiens
» observations du jeudi 24 mai 2007
» 23 - Se revêtir de l'armure du chrétien pour arrêter les flèches que le monde envoie...
» Pour preparer la soirée du jeudi saint
» Bilan Hiver 2007-2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: