Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARDI 20 MAI 2008 LE CHRÉTIEN TRANSFORMÉ DANS SON CARACTÈRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: MARDI 20 MAI 2008 LE CHRÉTIEN TRANSFORMÉ DANS SON CARACTÈRE   Mer 21 Mai 2008 - 9:36

Mardi 20 Mai 2008

Le chrétien transformé dans son caractère.

1 Pierre 1 : 13-15.

13 C’est pourquoi, ayant ceint les reins de votre entendement, étant sobres, espérez parfaitement en la grâce qui vous sera apportée à la révélation de Jésus–Christ.
14 Comme des enfants obéissants, ne vous conformant point aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance,
15 mais comme Celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite;


13 Ceignez les reins de votre entendement. Une image tirée de la coutume de se ceindre les reins avant de partir en voyage. De la même manière, le chrétien doit se préparer comme pour un voyage. Soyez sobres. Il s’agit de la sobriété de l’esprit. Une entière espérance. Ne jamais laisser partir la chaleur de cette espérance jusqu’à la venue de Christ.
14 Comme des enfants obéissants. Un trait caractéristique invariable de tous les chrétiens. Les divisions entre les enfants de Dieu et les enfants de ce monde s’articulent sur l’obéissance à Dieu. Ne vous conformez pas. L’esprit d’obéissance doit les faire se détourner de leur précédente vie de péché, quand ils étaient encore dans l’ignorance de l’Evangile.
15 Mais, puisque celui qui vous a appelés. Dieu le Père, dont l’appel se trouve dans les Ecritures. Un enfant obéissant doit chercher à plaire et à ressembler à son père. Notre Père est saint, et le devoir qui nous incombe est de rechercher une vie sainte.


Galates 2 : 20.

20 Je suis crucifié avec Christ; je vis, non plus moi–même, mais Christ vit en moi; et en tant que je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé, et qui s’est donné lui–même pour moi.

20 J’ai été crucifié avec Christ. C’est par la foi que Paul a été crucifié à sa conversion, crucifié dans la chair, mort avec Christ à son ancienne vie. Maintenant il vit, ou plutôt c’est Christ qui vit en lui. L’ancienne vie a été mise de côté, et la nouvelle vie est une vie semblable à celle de Christ. Il est maintenant "fusionné" en Christ. Je vis dans la foi. La foi est le lien qui le relie à Christ et le rend capable de vivre une nouvelle vie.

Philippiens 2 : 8.

8 Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées.

8 Au reste, frères. Il donne ici, comme une conclusion à cette lettre, la liste des devoirs du chrétien, résumée dans un simple paragraphe. Que tout ce qui est vrai. Ce qui est vrai en parole, en action, et en pensée, doit être recherché. Christ est LA vérité, ceux qui le suivent doivent être eux-mêmes la vérité. Honorable. Le mot Grec est "révérend." Chacun doit être digne de révérence. Juste. Une stricte justice dans toutes les actions, une vie droite. Pur. Des vies pures, avec des coeurs et des pensées non souillés. Aimable. Avec des actions d’où jaillisse l’amour, et qui inspirent l’amour aux autres. Qui mérite l’approbation. Une vie dont il ne puisse être dit sincèrement aucun mal. Digne de louange. Tendez vers tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite la louange. L’idéal, qu’il dépeint en six traits, correspond à celui que les esprits les plus élevés de l’antiquité païenne ambitionnaient pour l’homme, sans parvenir à le réaliser.

2 Corinthiens 10 : 3-5.

3 Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair.
4 Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses.
5 Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ.


3-4 Les chrétiens ont à vivre dans le monde avec ses tracas, et dans la chair avec ses faiblesses (#1Co 2:3-5). Mais la vraie bataille est spirituelle. Charnelles, c’est-à-dire humaines, incapables de renverser les forteresses du mal au sein de la société ou chez l’individu. Les seules armes efficaces sont celles qui sont puissantes devant Dieu, littéralement « qui sont rendues puissantes par Dieu » (cf. #Eph 6:11 s.).
5 Les hommes se durcissent contre l’Évangile par un effet de leur intelligence et de leur volonté (c’est-à-dire avec des raisonnements, de l’orgueil, de la présomption. C’est humiliant d’accepter les conséquences de la connaissance de Dieu telle qu’elle est révélée dans l’Évangile. Pensée (cf. 11.3 ; 3.14 ; 4.4), traduite aussi par « dessein » (2.11), est toujours employée dans 2 Co. avec un sens défavorable. Captive. Aucune pensée ne peut se situer en dehors de la sphère d’obéissance réclamée par le Christ.


Proverbe 18 : 21.

21 La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ; Quiconque l’aime en mangera les fruits.

21 Nombreux sont ceux qui ont causé leur propre mort, ou la mort d’autres personnes, par une langue perfide ou nuisible.

Éphésiens 4 : 23-24.

23 d’être renouvelés par l’Esprit dans votre intelligence
24 et de revêtir l’homme nouveau, qui a été créé selon Dieu dans la justice et la sainteté que produit la vérité.


23 L’appel à se dépouiller du vieil homme, comme d’un vêtement, pourrait passer pour un geste de désespoir, car la créature déchue se trouve dans une situation désespérée. Mais Paul s’adresse à des chrétiens pour qui le renouveau de l’Esprit, commencé à la conversion, est une expérience continuelle. C’est pourquoi l’apôtre utilise le présent pour exhorter ses lecteurs à être renouvelés dans leurs pensées par l’action du Saint-Esprit (répondant ainsi aux besoins exposés aux versets 17,18).
Notes.
Il faut voir dans l’Esprit une référence à l’œuvre du Saint-Esprit. Cf. Ti 3:5 pour un même langage.
24 La grâce, comme la nature, abhorre le vide. Se défaire de mauvaises habitudes ne suffit pas. Il faut aussi revêtir l’homme nouveau, communiqué à la nouvelle naissance par l’Esprit ; cette seconde nature doit toujours plus dominer la vie morale du chrétien, et l’aider à triompher de ses luttes intérieures (cf. #Ga 5:16 s.). La régénération et le contrôle de l’Esprit restaurent l’image de Dieu brisée par le péché (#Ge 1:27). L’homme corrompu, maintenant racheté par le Christ et transformé par l’Esprit-Saint, retrouve ce qu’il avait perdu en Adam : la justice (c’est-à-dire une position droite devant le Créateur) et la sainteté (la condition requise pour communier avec un Dieu saint), toutes deux exigées par la vérité de Dieu.


2 Pierre 1 : 1-8.

1 Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus–Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus–Christ :
2 Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur !
3 Sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu ;
4 celles–ci nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise.
5 A cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance,
6 à la connaissance la maîtrise de soi, à la maîtrise de soi la patience, à la patience la piété,
7 à la piété l’amitié fraternelle, à l’amitié fraternelle l’amour.
8 Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus–Christ.


1-11 La foi unit le croyant qui est faible à Christ, elle en fait vraiment quelqu’un de fort, et elle purifie un coeur pour en faire vraiment celui d’un autre; et chaque croyant sincère est par sa foi justifié au regard de Dieu. La foi amène la piété, et produit des effets que nulle autre grâce dans l’âme ne peut faire. En Christ demeure toute plénitude, et le pardon, la paix, la grâce, la connaissance, et de nouveaux principes sont ainsi donnés au travers du Saint-Esprit. Les promesses à ceux qui sont participants d’une nature divine, nous ferons nous enquérir si nous sommes vraiment renouvelés dans le fond de nos esprits; transformons toutes ces promesses en prières pour la grâce du Saint-Esprit, cette grâce qui transforme et qui purifie. Le croyant doit ajouter de la connaissance à sa vertu, une connaissance croissante avec toute la vérité et la volonté de Dieu. Nous devons ajouter la modération à la connaissance; la modération au sujet des choses du monde; et ajouter à la modération la patience, ou une soumission joyeuse à la volonté de Dieu. La tribulation exerce la patience, par laquelle nous portons toutes nos calamités et nos croix avec silence et soumission. A la patience nous devons ajouter la piété: ceci inclut les saintes affections et les dispositions que l’on trouve dans le véritable adorateur de Dieu; avec une tendre affection pour tous nos compagnons chrétiens, qui sont enfants du même Père, serviteurs du même Maître, membres de la même famille, voyageurs dans le même pays, héritiers du même héritage. C’est pourquoi les chrétiens doivent travailler à atteindre la promesse de leur vocation, et de leur élection, en croyant, et en faisant le bien; et de pouvoir ainsi mettre tous leurs soins dans leurs efforts est un ferme argument de la grâce et de la miséricorde de Dieu, qui les soutient pour qu’ils ne puissent pas entièrement tomber. Ceux qui sont appliqués dans l’oeuvre de Christ, auront une entrée triomphante dans ce royaume éternel où Christ règne, et ils régneront avec lui pour toujours et toujours; et c’est dans la pratique de toute bonne oeuvre que nous devons nous attendre à l’entrée au ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MARDI 20 MAI 2008 LE CHRÉTIEN TRANSFORMÉ DANS SON CARACTÈRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Église ou chrétien tout seul dans son coin ?
» Mon mariage avec un divorcé - A paraître dans le Chrétien Magazine -
» Les évangéliques-le Top chrétien
» Être chrétien
» Le martyr chrétien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: