Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARDI 28-10-08 LE PRIX A PAYER POUR ETRE DISCIPLE (SUITE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: MARDI 28-10-08 LE PRIX A PAYER POUR ETRE DISCIPLE (SUITE)   Sam 1 Nov 2008 - 15:43

Éphésiens 4 : 13-16

13 jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ,
14 afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction,
15 mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ.
16 C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui–même dans la charité.


13 Le v. 13 est la réponse à la question: « Pendant combien de temps ce processus de croissance continuera-t-il ? ». Jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à un état d’unité, de maturité et de conformité.
Unité. Quand le Seigneur enlèvera son Eglise au ciel, nous arriverons tous à l’unité de la foi. « Aujourd’hui, nous voyons au moyen d’un miroir sans éclat » en ce qui concerne bien des choses. Nous différons d’opinion et débattons sur une foule de sujets. Alors, nous serons tous d’accord. Et nous atteindrons l’unité [...] de la connaissance du Fils de Dieu. Ici, nous avons des conceptions individuelles du Seigneur, de ce qu’Il est vraiment et des implications de son enseignement. Alors, nous le verrons tel qu’Il est et nous connaîtrons comme nous sommes connus.
Maturité. Lors de l’enlèvement, nous ferons aussi l’expérience de la croissance ou maturité parfaite. Aussi bien en tant qu’individus que corps de Christ, nous achèverons la perfection du développement spirituel.
Conformité. Et nous lui serons conformes. Chacun sera comme Christ, sur le plan moral. L’Eglise universelle sera un corps pleinement développé et parfaitement adapté à son Chef glorieux (littér. « sa tête » glorieuse). « La plénitude de Christ est l’Eglise même, la plénitude de Celui qui remplit tout en tous »( F.W. Grant, Bible Numérique). Par la mesure de la stature parfaite de l’Eglise, il faut entendre son développement total, l’accomplissement du plan de Dieu concernant sa croissance.
14 Lorsque les dons s’exercent comme Dieu l’entend et que les saints servent le Seigneur activement, trois dangers sont évités: le manque de maturité, l’instabilité et la crédulité.
Le manque de maturité. Les croyants qui n’ont jamais eu à faire face à des agresseurs en servant Christ restent spirituellement des enfants. Ils sont restés sous-développés par manque d’exercice. C’est de leurs semblables que parle #Heb 5.12 : « Vous [...] qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne ».
L’instabilité. L’inconstance est un autre danger. Les chrétiens manquant de maturité sont susceptibles de se laisser prendre par les nouveautés grotesques et les marottes des charlatans professionnels. Ils deviennent des bohémiens spirituels qui vont d’une fantaisie séduisante à une autre.
La crédulité. Le danger le plus pernicieux est celui de la tromperie. Ceux qui sont restés des bébés ne sont pas versés dans la Parole de la justice et leurs sens ne sont pas exercés à discerner entre le bien et le mal (#Heb 5.13, 14). Inévitablement, ils rencontrent quelque faux prophète qui les impressionne par son zèle et sa sincérité apparente. Vu qu’il emploie des mots religieux, ils croient qu’il doit être un vrai chrétien. S’ils avaient étudié la Bible personnellement, ils sauraient voir qu’il ne fait que jongler avec les mots. Mais non, ils sont emportés par son vent de doctrine et se laissent entraîner dans l’erreur systématisée par leur tromperie sans scrupules.
15 Professant la vérité dans l’Amour. La vérité ne doit jamais céder devant une fausse doctrine, mais elle doit être professée dans l’Amour. Certains se cramponnent à la vérité d’une manière tenace, mais oublient de la dire avec amour. Nous croissions. Ceci continue les caractéristiques de ceux qui ne sont "plus des enfants". Ils devraient croître. A tous égards en Celui qui est le Chef, Christ. Tout le long de leur croissance, il devrait y avoir la croissance des caractéristiques de Jésus-Christ, une croissance menant à sa ressemblance.
16 C’est de Lui. Le Chef du corps, l’Eglise. Il est la source de toute vie, puissance et croissance du corps. Bien coordonné. Le Corps de Christ, composé de nombreux individus, est un, comme un édifice composé de nombreuses parties bien coordonnées ensemble.


Éphésiens 5 : 1

1 Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien–aimés;

1 L’exemple du Dieu qui pardonne (4.32) est à la base de l’exhortation de Paul ici. En voici le rapport: Dieu vous a pardonné en Christ. A présent, soyez les imitateurs de Dieu en vous pardonnant mutuellement. Un mobile particulier accompagne cette parole: comme des enfants bien-aimés. Dans la vie profane, il y a une ressemblance entre les enfants d’une même famille, et ils cherchent à lui faire honneur. Dans la vie spirituelle, nous devrions manifester notre Père au monde et chercher à marcher d’une manière qui soit digne de notre statut d’enfants bien-aimés.

Proverbes 12 : 1

1 Celui qui aime la correction aime la science; Celui qui hait la réprimande est stupide.

1 Ceux qui ont la grâce prendront plaisir aux directives qui leur seront données. Ceux qui étouffent leurs convictions sont vraiment des brutes.

Proverbes 4 : 13

13 Retiens l’instruction, ne t’en dessaisis pas; Garde–la, car elle est ta vie.

13 La nécessité qu’il y a de s’attacher à cette discipline est bien illustrée par les expressions rassemblées ici.
Oesterley traduit ainsi la dernière phrase :
« Car la sagesse est tout en tout pour un homme. »


Luc 9 : 57-62

57 Pendant qu’ils étaient en chemin, un homme lui dit: Seigneur, je te suivrai partout où tu iras.
58 Jésus lui répondit: Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids: mais le Fils de l’homme n’a pas un lieu où il puisse reposer sa tête.
59 Il dit à un autre: Suis–moi. Et il répondit: Seigneur, permets–moi d’aller d’abord ensevelir mon père.
60 Mais Jésus lui dit: Laisse les morts ensevelir leurs morts; et toi, va annoncer le royaume de Dieu.
61 Un autre dit: Je te suivrai, Seigneur, mais permets–moi d’aller d’abord prendre congé de ceux de ma maison.
62 Jésus lui répondit: Quiconque met la main à la charrue, et regarde en arrière, n’est pas propre au royaume de Dieu.


57-62 Ici quelqu’un s’est avancé pour suivre Christ, mais il semble s’être hâté dans sa décision, il semble irréfléchi, et ne semble pas en avoir mesuré le prix. Si nous avons l’intention de suivre Christ, nous devons mettre de côté toutes pensées de grandes choses dans le monde. N’essayons pas d’exercer la profession du Christianisme avec une recherche des avantages du monde. Un autre paraît se résoudre à suivre Christ, mais il demande un court délai. A cet homme Christ a d’abord lancé un appel; il lui a dit: Suis-moi. La religion nous enseigne à être gentil et bon, de montrer de la piété à la maison, et à payer de retour nos parents; mais nous ne devons pas en faire une excuse pour négliger notre devoir envers Dieu. Un autre encore est disposé à suivre Christ, mais il désire un certain délai pour aller voir ses amis aux alentours, mettre de l’ordre dans les affaires de la maison, et donner des directives à leur sujet. Il a semblé avoir plus d’inquiétudes du monde sur son coeur qu’il ne devait en avoir, et il était disposé à entrer dans une tentation l’éloignant de son but qui était de suivre Christ. Nul ne peut traiter une affaire d’une manière convenable, s’il est occupé à autres choses. Ceux qui commencent avec l’oeuvre de Dieu, doivent être résolus à continuer, ou alors ils ne feront rien. Regarder en arrière, c’est reculer; et reculer conduit à la perdition. C’est seulement celui qui persévère jusqu’à la fin qui sera sauvé.

2 Timothée 2 : 3-6

3 Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus–Christ.
4 Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé;
5 et l’athlète n’est pas couronné, s’il n’a combattu suivant les règles.
6 Il faut que le laboureur travaille avant de recueillir les fruits.


3 Souffre avec moi, comme un bon soldat. Timothée était un soldat de la croix. C’est le destin du soldat de souffrir pendant qu’il combat.
4 Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse. Le soldat qui veut accomplir sa mission doit se dévouer entièrement à cette vie de soldat, abandonnant tout le reste. Et donc ce soldat, tel que l’est Timothée qui est engagé dans son ministère, ne doit pas s’occuper d’autres choses.
5 L’athlète n’est pas couronné. Paul fait une comparaison avec les différents jeux athlétiques Grecs. Si les règles ne sont pas suivies à la lettre, le prix ne peut être attribué, sous peine de contestation. De la même façon, celui qui lutte pour la couronne de chrétien doit chercher à plaire au Maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MARDI 28-10-08 LE PRIX A PAYER POUR ETRE DISCIPLE (SUITE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le prix a payer.
» Idéal paien : existe-t-il un prix à payer ?
» Le témoignage audio de Joseph Fadelle ("Le prix à payer")
» Le prix à payer...
» Pour vous une IMP de 625 euros est le prix à payer pour combien d'heures de travail ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: