Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARDI 10 FÉVRIER 2009 UNIS AU CHRIST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: MARDI 10 FÉVRIER 2009 UNIS AU CHRIST   Mer 11 Fév 2009 - 18:26

Mardi 10 Février 2009

Unis au Christ.

Romains 6 : 1-23

1 Que dirons–nous donc? Demeurerions–nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
2 Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions–nous encore dans le péché?
3 Ignorez–vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus–Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés?
4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
7 car celui qui est mort est libre du péché.
8 Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui,
9 sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui.
10 Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit.
11 Ainsi vous–mêmes, regardez–vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus–Christ.
12 Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises.
13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez–vous vous–mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.
14 Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.
15 Quoi donc! Pécherions–nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là!
16 Ne savez–vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice?
17 Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits.
18 Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. –
19 Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. –De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour arriver à l’iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté.
20 Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice.
21 Quels fruits portiez–vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort.
22 Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle.
23 Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus–Christ notre Seigneur.


Les croyants doivent mourir au péché, et vivre à Dieu. (1-2)

1-2 L’apôtre est très explicite dans sa démonstration de la nécessité de sainteté. Il n’écarte pas la grâce gratuite de l’évangile, mais il montre que le rapport entre la justification et la sainteté est indissociable. Pour que la grâce puisse abonder, il faut qu’il y ait une véritable horreur de continuer dans le péché. Les véritables croyants sont morts au péché, et donc ils ne doivent pas le suivre. Aucun homme ne peut être à la fois mort et vivant. Il n’y a qu’un insensé qui puisse désirer être mort au péché, tout en pensant qu’il peut vivre dans ce péché.

Ceci est allégué par leur baptême chrétien et leur union avec Christ. (3-10)

3-10 Le baptême enseigne la nécessité de mourir au péché, et comme enseveli de toutes poursuites impies et profanes, et de ressusciter dans une marche avec Dieu en nouveauté de vie. Les professeurs impies ont pu avoir le signe extérieur d’une mort au péché, et d’une nouvelle naissance à la justice, mais ne sont jamais passés de la famille de Satan à celle de Dieu. La nature corrompue, appelée le vieil homme, parce que dérivée de notre premier père Adam, est crucifiée avec Christ, dans chaque vrai croyant, par la grâce dérivée de la croix. C’est un état affaibli et mourant, et cependant il lutte pour la vie, et même pour la victoire. Mais le corps entier du péché, en tout ce qui n’est pas selon la sainte loi de Dieu, doit être écarté, de façon que le croyant ne puisse plus être l’esclave de péché, mais qu’il soit vivant pour Dieu, et trouve le bonheur dans son service.

Ils sont rendus vivants à Dieu. (11-15)

11-15 Les motifs les plus forts contre le péché, et pour donner de la force à la sainteté, sont définis ici. Etant rendu libre du règne du péché, vivant pour Dieu, et ayant la perspective de la vie éternelle, il convient au croyant d’être grandement concerné à avancer en cela. Mais, comme toutes les convoitises impies ne sont pas tout à fait déracinées dans cette vie, ce doit être le soin du chrétien de résister à leurs appels en luttant sérieusement, et cela au travers de la grâce divine, afin de ne point persister dans cet état mortel. Que la pensée que cet état sera bientôt arrivé à une fin encourage le vrai chrétien, quant aux appels de la convoitise, qui l’embarrassent si souvent et l’affligent. Présentons tous nos pouvoirs à Dieu, comme des armes ou des outils prêts pour le combat, et l’oeuvre de la justice, à son service. Il y a de la force dans l’alliance de grâce pour nous. Le péché n’aura pas la domination. Les promesses de Dieu envers nous sont plus puissantes et efficaces pour mortifier le péché, que nos promesses à Dieu. Le péché peut lutter à l’intérieur d’un vrai croyant, et lui créer beaucoup de trouble, mais il n’aura pas l’autorité; il peut le blesser, mais il ne règnera pas en lui. Est-ce que quelqu’un prendra prétexte de cette doctrine encourageante pour se permettre la pratique du péché? Que soient rejetées des pensées si abominables, si contraires aux perfections de Dieu, et à la conception de son évangile, si opposées à l’existence sous la grâce. Quel motif peut être plus fort contre le péché que l’amour de Christ? Est-ce que nous pécherons contre tant de bonté, et un tel amour?

Et sont libérés de la domination du péché. (16-20)

16-20 Tout homme est le serviteur du maître aux ordres duquel il cède lui-même; que ce soit dans les dispositions coupables de son coeur, en actions qui conduisent à la mort, ou l’obéissance nouvelle et spirituelle implantée par régénération. L’apôtre se réjoui maintenant qu’ils ont obéi du coeur à l’évangile, dans lequel ils ont été livrés comme dans un moule. Comme le même métal devient un nouveau vase, quand il est fondu et versé dans un autre moule, de la même façon le croyant est devenu une nouvelle créature. Et il y a une grande différence dans la liberté de pensée et l’esprit ainsi opposés à l’état d’esclavage, qui permet au vrai chrétien assurant le service de son Seigneur légitime, de le considérer comme son Père, et de se considérer lui-même comme son fils et héritier, par l’adoption de la grâce. La domination du péché consiste à lui être esclave volontairement, et de ne pas en détester le pouvoir. Ceux qui sont maintenant les serviteurs de Dieu, étaient jadis les esclaves du péché.

La fin du péché est la mort, la fin de la sainteté est la vie éternelle. (21-23)

21-23 Le plaisir et le profit du péché ne méritent pas d’en être appelés les fruits. Les pécheurs ne sont que des laboureurs de l’iniquité, semant la vanité, et moissonnant de même. La honte est venue dans le monde avec le péché, et elle en est encore l’effet certain. La fin du péché, c’est la mort. Et bien que le chemin puisse paraître agréable et engageant, cependant il ne sera qu’amertume à son extrémité. De cette condamnation le croyant est mis en liberté, quand il est rendu libre du péché. Si le fruit est la sainteté, s’il y a un principe actif de grâce vraie et croissante, la fin sera la vie éternelle; une fin très heureuse! Bien que le chemin soit au sommet d’une colline, bien qu’il soit étroit, épineux, cependant la vie éternelle se trouve à son extrémité. Le don de Dieu est la vie éternelle. Et ce don est au travers de Jésus-Christ notre Seigneur. Christ l’a acheté, l’a préparé, nous y prépare, nous y préserve; il est le Tout en tout dans notre salut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MARDI 10 FÉVRIER 2009 UNIS AU CHRIST
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Textes de la Nativité de Notre SEIGNEUR JESUS CHRIST,2010
» LES MEDICAMENTEURS Mardi 9 juin 2009 à 20.35
» Une méditation pour aujourd'hui mardi 13 octobre 2009
» Collision inédite de deux satellites
» Messages spirituels - février 2009 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: