Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARDI 05 MAI 2009 VIVRE PAR LE SAINT-ESPRIT.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: MARDI 05 MAI 2009 VIVRE PAR LE SAINT-ESPRIT.   Mer 6 Mai 2009 - 10:47

Mardi 05 Mai 2009

Vivre par le Saint-Esprit.

Romains 8 : 1-17

1 Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.
2 En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.
3 Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,
4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit.
5 Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’esprit s’affectionnent aux choses de l’esprit.
6 Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix;
7 car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas.
8 Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.
9 Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.
10 Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice.
11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.
12 Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair.
13 Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,
14 car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.
15 Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père!
16 L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.
17 Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui.


1-4 La faillite de la loi.

La méthode précédente de parvenir à la vie en obéissant à la loi a échoué. Maintenant cette loi est rendue bonne par l’incarnation de Jésus et la présence de l’Esprit. Elle ne peut elle-même procurer aucun bénéfice, mais ce qu’elle n’a pu réaliser, la grâce l’accomplit par Christ et l’Esprit Saint. La vie victorieuse commence ici et maintenant, sans que subsiste aucune sentence de condamnation.

1 Uni à Christ, le croyant est acquitté et délivré pour toujours de la tyrannie de la loi du péché et de la mort. Le terme condamnation, en tant qu’expression juridique, se rapporte à la sentence de culpabilité et au châtiment qui en découle. Le croyant est libéré à la fois de toute emprise de la loi, et de toute punition qu’elle pourrait lui infliger pour ses transgressions. La juste exigence de la loi, celle d’une vie sainte, n’est pas satisfaite « par » nous, mais en nous.
2 La loi nouvelle sous laquelle nous sommes placés est la loi de l’Esprit de vie en Christ-Jésus, et cette loi nous arrache à la loi du péché et de la mort. « Ce verset contient une image complète de la vie chrétienne comme Paul la comprend » (Barrett). Le péché est étranger à la vie humaine : il est une intrusion. En envoyant son Fils dans une chair semblable à celle du péché, Dieu a maîtrisé le péché. Paul ne veut pas dire ici que Jésus se soit incarné dans une chair pécheresse, comme si toute chair était corrompue en elle-même. Les évangélistes sont très clairs en ce qui concerne le processus de la naissance du Seigneur. L’enfant était saint en lui-même et avait été conçu par l’opération du Saint-Esprit (Lu 1:35). La « chair » de notre Sauveur était la vraie humanité, non déchue, telle que Dieu l’avait initialement voulue. Le corps du Seigneur était seulement « semblable à la chair pécheresse » (Moffat) ; il n’était pas la chair pécheresse elle-même, que nous avons héritée d’Adam. Ce qu’indique Paul ici, c’est que le Père envoya son Fils pour ôter le péché, en le plaçant dans les circonstances et dans la sphère mêmes d’où est surgie notre race en Adam. Cet « engagement » avec le péché impliquait tout ce que fut Jésus, tout ce qu’il a dit et fait pour condamner le péché dans sa propre chair sur la Croix (Esa 53:10 ; Rom 3:25 ; 2Co 5:21). La chair était le domaine du péché ; mais dans le cas des croyants, Dieu l’a déboutée de cette sphère d’influence, la mort du Fils annulant complètement et définitivement le pouvoir du péché sur les saints. L’homme en Christ est pour toujours libre de la loi du péché et de la mort.
3 Chose impossible à la loi. A cause de la résistance qu’elle rencontre dans la nature humaine. La loi n’était pas assez forte pour vaincre les tendances au mal de la chair, de la nature charnelle. Dieu a fait cela en envoyant . . . son propre Fils dans une chair etc. Lorsque Christ est venu dans une forme humaine, sa chair était semblable à celle du péché, A cause du péché. Comme un sacrifice pour nos péchés. Voir Jean 1:29
Condamné le péché dans la chair. " Condamner" est une sentence, et amène la destruction. Le péché est condamné:
(1) par la vie sans tache de Christ. Il était sans péché dans la chair.
(2) par sa mort pour le péché, nos péchés passés sont pardonnés.
(3) par notre union vitale avec sa mort et sa vie nous ressuscitons pour marcher dans une nouvelle vie, avec un nouvel esprit, et nous ne sommes plus dépendants du pouvoir de la chair.
4 Désormais la justice de la loi est accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’Esprit. Quand nous remettons au Saint-Esprit le contrôle de notre vie, il nous donne le pouvoir d’aimer Dieu et notre prochain, et cela répond précisément aux exigences de la loi.
5 Ceux qui vivent selon la chair (c.-à-d. les inconvertis) s’occupent des choses de la chair. Ils obéissent aux pulsions de la chair. Ils vivent pour satisfaire les désirs de leur nature corrompue. Ils entretiennent les besoins de leur corps qui dans quelques années retournera à la poussière.
Mais ceux qui vivent selon l’Esprit (c.-à-d. les vrais croyants) s’élèvent au-dessus de la chair et du sang et vivent pour ce qui est éternel. Ils s’occupent de la Parole de Dieu, de la prière, de l’adoration, et du service chrétien.
6 L’affection de la chair. Etre sous la domination des impulsions charnelles du corps. C’est la mort. C’est une preuve certaine que quelqu’un est spirituellement mort, et sous la condamnation. L’affection de l’esprit. Qui est de marcher dans l’obéissance à l’Esprit de Christ. C’est la vie et la paix. Elle donne la vie à l’âme, maintient une union vitale avec Christ, et apporte la paix, le bonheur conscient de la grâce de Dieu.
7 Car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu. Elle est opposée à la loi de Dieu, qui exige une vie juste. Et puisqu’elle est en lutte contre Dieu, elle est sous la condamnation. Il n’est pas dit qu’il est impossible pour un méchant de devenir bon, mais que cela ne peut être réalisé tant qu’il maintient un esprit charnel. Il doit d’abord être converti.
8 Rien d’étonnant par conséquent que ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. Notons-le bien: rien de ce que peut accomplir une personne inconvertie ne peut plaire à Dieu-aucune bonne oeuvre, aucune observance religieuse, aucun sacrifice, absolument rien. D’abord, elle doit prendre la place du pécheur repentant et recevoir Christ par un acte de foi précis. Alors seulement aura-t-elle droit au sourire d’approbation de Dieu.
9 Quand une personne est convertie, elle ne vit plus selon la chair mais selon l’Esprit. Le chrétien vit dans une sphère nouvelle. Tout comme le poisson vit dans l’eau et l’homme dans l’air, le croyant vit dans l’Esprit. Il ne vit pas seulement dans l’Esprit, mais l’Esprit vit en lui. En fait si l’Esprit de Dieu ne vit pas en lui, il ne lui appartient pas. Même si on peut s’interroger pour savoir si l’Esprit de Christ ici signifie le Saint-Esprit, les identifier semble le mieux convenir au contexte.
10 Si Christ est en vous. Christ est en nous par son Esprit. Notons qu’être la demeure de l’Esprit de Dieu, avoir l’Esprit de Christ, appartenir à Christ, avoir Christ en nous, sont des expressions différentes pour un même grand fait. Le corps est mort à cause du péché. Nos corps subissent la mort physique parce que la mort est entrée dans le monde au travers du péché. Mais l’esprit est vie. Notre esprit est rendu vivant par notre union avec Christ, et notre participation à sa justice.
11 S’il nous est rappelé que le corps est toujours sujet à la mort, cela ne doit pas nous alarmer ou nous angoisser. Le fait que le Saint- Esprit habite nos corps est comme une garantie car ainsi qu’Il a ressuscité Christ d’entre les morts, Il rendra aussi la vie à nos corps mortels. Ce sera l’acte final de notre rédemption, lorsque nos corps seront glorifiés et rendus semblables au corps du Seigneur de gloire.
12 Ainsi donc. Voici les glorieux privilèges qui vont réjouir ceux qui sont en Christ. Nous ne sommes point redevables. Sous aucune obligation. Puisque la chair, ou la nature charnelle, est morte, nous ne sommes pas dans l’obligation d’obéir à sa dictature.
13 Mais si par l’Esprit. En suivant l’Esprit, "en recherchant les choses de l’Esprit," nous assurons notre vie. Cela est montré en 8:11
Les actions du corps. Ce sont les actions pécheresses suggérées par les désirs de la chair. Nous ne pouvons, par notre propre force faire mourir, c.à.d. mettre fin aux actions du corps. Cela s’accomplit avec l’aide de l’Esprit, aidant notre esprit dans notre effort.
14 Une autre manière de décrire les vrais croyants est de dire qu’ils sont conduits par l’Esprit de Dieu. Paul ne fait pas allusion ici à des cas spectaculaires de direction divine expérimentés par des chrétiens éminents. Au contraire, il affirme ce qui est vrai de tous les fils de Dieu qui sont conduits par l’Esprit de Dieu. Cela ne dépend pas du degré de leur consécration au Saint-Esprit, mais de la relation nouvelle établie dès leur conversion.
Devenir fils de Dieu implique être reçu dans la famille de Dieu et se voir conférer tous les privilèges et responsabilités attribués aux fils adultes. Un nouveau converti n’a pas à attendre un certain temps avant de prendre possession de son héritage spirituel ; il appartient à tous les croyants, hommes et femmes, garçons et filles, dès l’instant de leur conversion.
15 Vous n’avez point reçu un esprit de servitude. Il est fait référence au moment où ils sont nés de nouveau, et sont entrés dans le royaume de Dieu. Ils n’ont pas reçu un esprit d’esclavage, de servitude au péché, n’ayant pas à obéir à une dictature, et de là être dans la crainte de la mort. Au lieu de cela, ils ont reçu le Saint-Esprit selon la promesse. Actes 2:38
Un Esprit d’adoption. L’Esprit de Dieu est accordé à tous ceux qui sont acceptés comme ses enfants. Paul écrivait aux Romains, pour lesquels l’adoption des enfants était chose courante. Ils pouvaient donc bien comprendre le sens des mots "adoptés," ou "fils de Dieu". L’Esprit dans leurs coeurs produit une confiance bienveillante qui les rend capables de s’adresser à Dieu comme à un Père. Abba! Père. Abba est le mot chaldéen pour père.
16 Grâce à un instinct spirituel le nouveau converti sait qu’il est un fils de Dieu. Le Saint-Esprit l’en assure. L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes membres de la famille de Dieu. Il agit en tout premier lieu au moyen de la Parole de Dieu. Quand le chrétien lit la Bible, l’Esprit confirme la vérité selon laquelle il est maintenant enfant de Dieu en raison de sa confiance en son Sauveur.
17 Etre membre de la famille de Dieu confère des privilèges stupéfiants. Tous les enfants de Dieu sont héritiers de Dieu. Tout héritier finit, bien sûr, par hériter des biens de son père. C’est précisément le sens de ce passage. Tout ce qui appartient au Père est à nous. Nous ne possédons ni ne jouissons encore de tout, mais rien ne pourra nous en empêcher à l’avenir. Et nous sommes cohéritiers avec Christ. Quand Il reviendra prendre le sceptre du gouvernement universel, nous partagerons avec lui les titres de propriété de toutes les richesses du Père.
Quand Paul ajoute, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui, il ne veut pas dire que des souffrances héroïques constituent une condition pour le salut. Il ne fait pas non plus allusion à une élite de chrétiens victorieux qui ont enduré de grandes épreuves. Plutôt, il voit tous les chrétiens comme souffrant avec Christ et tous les chrétiens comme glorifiés avec Christ. Le mot si signifie ici « puisque ». Certes, certains souffrent plus que d’autres pour la cause de Christ, et seront par conséquent récompensés par des degrés différents de gloire. Néanmoins, tous ceux qui reconnaissent Jésus comme Seigneur et Sauveur sont considérés ici comme s’attirant l’hostilité du monde et comme subissant l’opposition et l’ignominie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MARDI 05 MAI 2009 VIVRE PAR LE SAINT-ESPRIT.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint-Esprit ,descends sur nous "priere"
» Le Saint -Esprit glorifie Jésus
» Qui a le bon Saint-Esprit ?
» Neuvaine au Saint Esprit
» Vidéo: "HYMNE AU SAINT ESPRIT "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: