Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARDI 10 NOVEMBRE 2009 DISCERNER LES VRAIS BESOINS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: MARDI 10 NOVEMBRE 2009 DISCERNER LES VRAIS BESOINS   Mer 11 Nov 2009 - 20:53

Mardi 10 Novembre 2009

Discerner les vrais besoins

Luc 18 : 18-30

18 Un chef interrogea Jésus, et dit: Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle?
19 Jésus lui répondit: Pourquoi m ‘appelles-tu bon? Il n’y a de bon que Dieu seul.
20 Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d’adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; honore ton père et ta mère.
21 J’ai, dit-il, observé toutes ces choses dès ma jeunesse.
22 Jésus, ayant entendu cela, lui dit: Il te manque encore une chose: vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis, viens, et suis-moi.
23 Lorsqu’il entendit ces paroles, il devint tout triste; car il était très riche.
24 Jésus, voyant qu’il était devenu tout triste, dit: Qu’il est difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu!
25 Car il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.
26 Ceux qui l’écoutaient dirent: Et qui peut être sauvé?
27 Jésus répondit: Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.
28 Pierre dit alors: Voici, nous avons tout quitté, et nous t’avons suivi.
29 Et Jésus leur dit: Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause du royaume de Dieu, sa maison, ou sa femme, ou ses frères, ou ses parents, ou ses enfants,
30 ne reçoive beaucoup plus dans ce siècle-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.


Le jeune homme riche
18-19 Ce récit présente le cas d’un homme qui ne voulait pas recevoir le royaume de Dieu comme un petit enfant. Un jour, un chef s’approcha de Jésus en l’appelant « bon maître » et lui demanda ce qu’il devait faire pour hériter la vie éternelle. Le Seigneur l’interrogea d’abord sur ce qu’il entendait par le titre bon maître, et lui rappela qu’il n’y avait de bon que Dieu seul. Jésus ne voulait pas nier qu’Il soit Dieu ; Il voulait au contraire amener le jeune homme riche à le reconnaître comme tel. S’Il était « bon », alors Il était Dieu puisque Dieu seul est fondamentalement bon.
20 Ensuite Jésus aborda la question posée: comment entrer en possession de la vie éternelle. Nous savons que la vie éternelle ne s’hérite pas et n’est pas non plus acquise en échange de bonnes oeuvres. Elle est le don de Dieu par Jésus-Christ. En ramenant cet homme sur le terrain des Dix Commandements, le Seigneur ne voulait pas lui faire croire qu’il pouvait être sauvé en observant la loi. Il se servait plutôt de la loi pour le convaincre de son péché. Il énuméra les cinq commandements qui traitent des relations de l’homme avec son prochain ; ces articles constituaient la deuxième table de la loi.
21-23 Il saute aux yeux que la loi n’avait pas eus un effet spirituel sur cet homme, car il prétendit avec assurance avoir observé tous ces commandements depuis sa jeunesse. Jésus lui signala alors qu’il lui manquait une chose : l’amour de son prochain. S’il avait vraiment obéi à la loi, il aurait vendu ses biens et les aurait distribués aux pauvres. En réalité, il n’aimait pas son prochain comme lui-même. Il menait une vie égoïste, sans amour pour autrui. La preuve en est donnée par sa réaction: quand il entendit les paroles de Jésus, il devint tout triste ; car il était très riche.
24 En considérant ce jeune homme, Jésus souligna la difficulté pour ceux qui détenaient des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu. Celui qui possède des biens abondants s’y attache presque inévitablement.
Ce passage soulève des questions troublantes pour les chrétiens comme pour les non-chrétiens. Comment peut-on dire qu’on aime son prochain quand on vit dans le confort et l’aisance, alors que tant d’êtres meurent du désir d’entendre l’Evangile de Christ ?
25 Jésus expliqua qu’il était plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. Plusieurs explications ont été proposées. Certains ont suggéré que le trou de l’aiguille désigne une petite porte étroite pratiquée dans la muraille qui entoure une ville. Le chameau doit s’agenouiller pour y entrer. Mais Luc, le médecin, parle ici de l’aiguille du chirurgien. Le Seigneur dit en fait que s’il est impossible à un chameau de passer par le trou d’une aiguille, il est également impossible à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. Il ne suffit pas d’affirmer qu’il est difficile à un riche d’entrer dans le royaume par ses propres efforts ; de ce point de vue, le pauvre partage le même sort que le riche. Les paroles de Jésus ont une signification absolue: un homme ne peut pas entrer dans le royaume de Dieu en tant que riche. Tant qu’il fait de ses richesses son dieu, tant que ses biens matériels s’interposent entre lui et le salut de son âme, il ne peut pas se convertir. En conclusion, peu de riches sont sauvés, et ceux qui le sont ont d’abord dû accepter d’être brisés devant Dieu.
26-27 En réfléchissant aux propos de Jésus, les disciples commencèrent à se demander qui, dans ces conditions, pouvait être sauvé. Pour eux, la richesse avait toujours été un signe de la bénédiction divine (Deut 28 : 1-Cool. Si les Juifs riches ne pouvaient être sauvés, qui donc pouvait l’être ? Le Seigneur rétorqua que Dieu pouvait accomplir ce qui est impossible aux hommes. En d’autres mots, Dieu peut métamorphoser un matérialiste riche, avare, cupide et sans pitié, et remplacer son amour de l’argent par un authentique amour pour le Seigneur. Une telle transformation est un miracle de la grâce divine.
Ce passage soulève aussi des questions gênantes pour l’enfant de Dieu. Le serviteur n’est pas au-dessus de son Maître. Le Seigneur Jésus a abandonné ses richesses célestes pour sauver nos âmes coupables. Il ne sied pas que ses disciples soient riches dans un monde où Il a vécu pauvrement. La valeur des âmes, l’imminence du retour de Christ et la pression qu’exerce sur nous son amour devraient nous pousser à investir tous nos biens matériels dans l’oeuvre du Seigneur.
28-30 Quand Pierre eut fait remarquer que les disciples avaient abandonné leurs maisons et leurs familles pour le suivre, Jésus répondit que tous ces renoncements seraient largement récompensés dans cette vie et le seraient encore davantage dans la vie future. La dernière partie du verset 30 (et, dans le siècle à venir, la vie éternelle) ne signifie pas que la vie éternelle s’obtienne en renonçant à tout ; elle fait plutôt référence à une capacité élargie à mieux jouir des gloires célestes, et à des récompenses plus belles dans le royaume de Dieu. Elle présente le « plein épanouissement de la vie reçue à la conversion, c.-à-d. la vie dans sa plénitude. »


1 Jean 2 : 15-17

15 N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui;
16 car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde.
17 Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.


15-16 Nous sommes exhortés à ne pas aimer le monde ou les choses qui sont dans le monde, pour la simple raison que l’amour du monde n’est pas compatible avec l’amour du Père. Tout ce que le monde a à offrir peut être décrit comme la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie. La convoitise de la chair se rapporte aux désirs sensuels issus de notre nature mauvaise. La convoitise des yeux se réfère aux mauvais désirs suscités par ce que nous voyons. L’orgueil de la vie se caractérise par une ambition profane pour l’apparat et la gloire. Ces trois aspects de la mondanité apparaissent très clairement dans le péché d’Eve. L’arbre était bon à manger: il s’agit de la convoitise de la chair. L’arbre était agréable à la vue: il s’agit de la convoitise des yeux. C’était un arbre qui devait rendre sage: il s’agit ici de l’orgueil de la vie.
Comme le malin s’oppose à Christ et la chair à l’Esprit, de même le monde est hostile au Père. Les appétits sensuels, l’avarice et l’ambition ne viennent pas du Père, mais trouvent leur source dans le monde. La mondanité consiste à aimer les choses qui passent. Cependant le coeur humain ne trouvera jamais satisfaction dans le matérialisme.
17 Le monde passe, et sa convoitise aussi. Quand une banque est en faillite, les personnes avisées n’y déposent plus d’argent. Quand les fondations d’un bâtiment chancellent, les constructeurs qualifiés suspendent leur action. Concentrer ses énergies sur ce monde se compare à quelqu’un qui réarrangerait les chaises longues sur le pont du Titanic en perdition. Ainsi les gens sages ne vivent pas pour un monde qui passe. Mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. C’est la volonté de Dieu qui nous délivre de la tentation des choses qui passent. Ce passage était la devise du grand évangéliste D.L. Moody, et figure sur sa pierre tombale: « Celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MARDI 10 NOVEMBRE 2009 DISCERNER LES VRAIS BESOINS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LUNDI 2 NOVEMBRE 2009 : Commémoraison des fidèles défunts...
» Problème de novembre 2009
» Journée d'études sur le Discours de Ronsard le 20 novembre 2009 - Paris 13e.
» fête de Toussaint
» Aisne: Nouvelle pluie d'ovnis sur la région

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: