Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARDI 26 JANVIER 2010 * LE SAINT-ESPRIT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: MARDI 26 JANVIER 2010 * LE SAINT-ESPRIT   Mer 27 Jan 2010 - 14:59

Mardi 26 Janvier 2010

L’Esprit-Saint

Actes 2 : 37-47

37 Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres: Hommes frères, que ferons-nous?
38 Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.
39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.
40 Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant: Sauvez-vous de cette génération perverse.
41 Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes.
42 Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières.
43 La crainte s’emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres.
44 Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun.
45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun.
46 Ils étaient chaque jour tous ensembles assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur,
47 louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Eglise ceux qui étaient sauvés.


37-47 L’Église primitive

Trois mille âmes sont converties. (37-41)

37-41 Depuis la première distribution de ce message divin, il est apparu qu’il y avait la puissance divine qui y était jointe; et des milliers ont été amenés à l’obéissance de la foi. Mais ni les paroles de Pierre, ni le miracle dont ils ont été témoins n’auraient pu produire de tels effets, si le Saint-Esprit n’avait pas été donné. Les pécheurs, lorsque leurs yeux sont ouverts, ne peuvent qu’être piqués au coeur pour leur péché, et ils ne peuvent rien ressentir d’autre qu’un malaise intime. L’apôtre les a exhortés à se repentir de leurs péchés, et avouer ouvertement leur croyance en Jésus comme le Messie, en étant baptisés en son nom. Professant ainsi leur foi en Lui, ils recevront la rémission de leurs péchés, et seront participants des dons et grâces du Saint-Esprit. De se séparer du peuple mauvais, est le chemin unique de s’en échapper. Ceux qui se repentent de leurs péchés, et qui s’abandonnent à Jésus-Christ, doivent prouver leur sincérité en rompant avec tout ce qui est mauvais. Nous devons nous écarter des méchants, ce qui dénote de les éviter avec une sainte peur. Par la grâce de Dieu trois mille personnes ont accepté l’invitation de l’évangile. Il ne peut pas y avoir de doute que le don du Saint-Esprit, qu’ils ont tous reçu, et duquel aucun vrai croyant ne sera jamais oublié, était cet Esprit d’adoption, cette grâce qui convertit, qui dirige, qui sanctifie, qui est donnée à tous les membres de la famille de notre Père céleste. La repentance et la rémission des péchés sont encore prêchées aux pécheurs, dans le nom du Rédempteur; le Saint-Esprit scelle encore la bénédiction sur le coeur du croyant; les promesses encourageantes sont encore pour nous et nos enfants; et les bénédictions sont encore offertes à tous ceux qui en sont éloignés.

La piété et l’affection des disciples. (42-47)

42-47 Dans ces versets nous avons l’histoire de la vraie église primitive, de ses premiers jours; son état d’enfance en effet, mais, comme celui-ci, l’état de sa plus grande innocence. Ils respectaient fermement les saintes ordonnances, et ils abondaient dans la piété et la dévotion; car le Christianisme, lorsque nous en admettons la puissance, dispose l’âme à la communion avec Dieu dans n’importe quel chemin où il a décidé de nous rencontrer, et où il a promis de nous rencontrer. La grandeur de l’événement les a élevés au-dessus du monde, et le Saint-Esprit les a remplis d’un amour qui fait que l’on voit un autre comme nous-même, ce qui permet de faire toutes choses en commun, non pas pour détruire la propriété, mais pour écarter l’égoïsme, et mettre en oeuvre la charité. Et Dieu qui les a amenés à cela savait qu’ils seraient rapidement dépossédés de leurs avoirs en Judée. Le Seigneur, de jour en jour, enclin les coeurs de beaucoup à accepter l’évangile; pas simplement pour le professer, mais pour être vraiment amenés dans un état d’acceptation avec Dieu, étant faits participants de la grâce qui régénère. Ceux que Dieu a désignés pour le salut éternel seront amenés efficacement à Christ, jusqu’à ce que la terre soit remplie par la connaissance de sa gloire.

Actes 13 : 2

2 Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’oeuvre à laquelle je les ai appelés.

2 Ces prophètes et ces docteurs s’étaient réunis pour prier et jeûner ensemble, probablement avec toute l’Eglise. D’après le contexte, il apparaît clairement que l’expression pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère, signifie qu’ils passaient du temps dans la prière et dans l’intercession. Par le jeûne ils renonçaient aux besoins légitimes du corps, afin de se consacrer sans distraction à des activités spirituelles.
Pourquoi s’étaient-ils réunis pour prier ? Est-ce déraisonnable de penser qu’ils avaient organisé cette réunion en raison d’un lourd fardeau concernant l’évangélisation du monde ? Le récit ne précise pas qu’il s’agissait d’une réunion de prière qui durait toute la nuit, mais il implique une rencontre prolongée et encore plus sérieuse que la simple « réunion de prière » de notre époque.
Comme ils priaient, le Saint-Esprit leur dit de lui mettre à part Barnabas et Saul pour une oeuvre précise qu’Il avait en vue. En passant, ceci est une preuve convaincante de la personnalité du Saint-Esprit. S’il n’était qu’une influence, il serait inconcevable d’employer un tel langage. Comment le Saint-Esprit a-t-Il communiqué ce message aux prophètes et aux docteurs ? Bien qu’aucune réponse ne nous soit donnée, Il s’exprima par l’intermédiaire de l’un de ces hommes qui étaient prophètes-Siméon, Lucius ou Manahen.
Barnabas est mentionné ici avant Saul, mais quand ils retournèrent à Antioche, l’ordre fut inversé.
Ce verset revêt une importance pratique primordiale, car il met l’accent sur le rôle du Saint-Esprit dans la direction de l’Eglise primitive et la sensibilité des disciples à sa direction.


1 corinthiens 2 : 10

10 Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu.

10 Le fait que Dieu ait révélé ces choses par l’Esprit prouve que ce verset ne fait pas référence au ciel. Ces vérités, prédites dans l’Ancien Testament, ont été communiquées aux apôtres à l’époque du Nouveau. Le pronom personnel nous s’applique aux écrivains du N.T. C’est par l’Esprit de Dieu que les apôtres et les prophètes ont été illuminés, parce que l’Esprit de Dieu sonde tout, même les profondeurs de Dieu. En d’autres mots, l’Esprit de Dieu, l’une des personnes de la Divinité, est infini en sagesse, comprend toutes les vérités de Dieu et est en mesure de les faire connaître à d’autres.

Ephésiens 4 : 30

30 N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.

30 N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Si l’on met ceci en rapport avec le verset précédent, on doit en conclure que les paroles futiles attristent l’Esprit. Mis en rapport avec les versets* 25-28, cet avertissement indique que le mensonge, la colère injustifiée et le vol l’attristent aussi. Dans un sens plus large, nous sommes invités à éviter tout ce qui peut l’attrister.

Trois raisons très parlantes sont données:

1. Il est l’Esprit Saint. Tout ce qui n’est pas saint lui est désagréable.
2. Il est le Saint-Esprit de Dieu, une des personnes de la Trinité bénie.
3. Nous avons été scellés pour le jour de la rédemption. Comme nous l’avons dit plus haut, un sceau signifie la propriété et la sécurité. Il est le sceau qui garantit notre préservation jusqu’au retour de Christ pour compléter notre salut. Il est intéressant de constater ici que Paul se sert de la sécurité du croyant comme une des raisons principales qui devrait nous retenir de pécher.

Le fait que le Saint-Esprit peut être attristé montre qu’Il est une personne et non seulement une influence. En outre, Il nous aime, car autrement Il ne pourrait être attristé. Le ministère que l’Esprit de Dieu préfère est de glorifier Christ et de transformer le croyant à sa ressemblance (2Corinthiens 3 : 18). Quand un chrétien pèche, l’Esprit se voue au ministère de la restauration. Il est attristé de voir le progrès du croyant interrompu par le péché. Il doit alors conduire le croyant à la repentance et à la confession du péché.


Ephésiens 4 : 29

29 Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent.

29 L’apôtre entreprend maintenant le sujet de la parole et établit un contraste entre la parole inutile et celle qui édifie. La parole mauvaise vise, dans un sens général, la conversation inconvenante, voire obscène, des plaisanteries de mauvais goût, des propos impies, des histoires scabreuses. Dans notre contexte, elle peut signifier, plus couramment, toute conversation frivole, futile, vaseuse et donc sans valeur. Plus loin (Ephésiens 5 : 4), Paul traite de la parole impudique et grossière ; ici il nous exhorte à éviter les discours sans profit et à les remplacer par des conversations constructives. Les paroles du chrétien devraient être:

- Edifiantes. Elles devraient contribuer à l’édification des auditeurs.
- Appropriées. Elles devraient convenir à la situation donnée.
- Affables. Elles devraient communiquer une grâce à ceux qui l’entendent.

1 corinthiens 12 : 10

10 à un autre, le don d’opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues; à un autre, l’interprétation des langues.

10 Le don d’opérer des miracles peut inclure le pouvoir de chasser des démons, de transformer une substance en une autre, de ressusciter des morts, et d’assujettir les éléments de la nature. Philippe opéra des miracles à Samarie et suscita ainsi une écoute attentive de l’Evangile (Actes 8 : 6-7).
Dans son sens premier, le don de prophétie permet à une personne de transmettre à d’autres des révélations directes de Dieu. Parfois, les prophètes annonçaient des événements futurs (Actes 11 : 27-28; Actes 21 : 11) ; mais le plus souvent, ils faisaient connaître la pensée de Dieu. Avec les apôtres, ils posaient le fondement des Eglises (Ephésiens 2 : 20). Ils n’étaient pas eux-mêmes le fondement, mais ils l’établissaient par l’enseignement qu’ils dispensaient concernant le Seigneur Jésus. Une fois les fondations posées, il n’y eut plus besoin de prophètes. Leur ministère est consigné dans les pages du N.T. Puisque le canon biblique est clos, nous rejetons tous les soi-disant prophètes qui prétendent être les dépositaires de vérités nouvelles de la part de Dieu.
Nous utilisons un sens dérivé du mot prophète pour désigner tout prédicateur qui annonce la Parole de Dieu avec autorité, précision et efficacité. Le ministère du prophète peut inclure la louange à Dieu (Luc 1 : 67-68), l’encouragement et l’édification du peuple chrétien (Actes 15 : 32).

Celui qui possède le don du discernement des esprits est capable de dire si telle personne parle sous l’inspiration du Saint-Esprit ou sous celle de Satan. Il reconnaît facilement si un homme est un imposteur ou un opportuniste. Ainsi, Pierre fut en mesure de dénoncer Simon qui était dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité (Actes 8 : 20-23).
Le don des langues, ainsi que nous l’avons déjà indiqué, se réfère à l’aptitude surnaturelle à parler une langue étrangère sans jamais l’avoir étudiée. Les langues ont été données comme un signe, en particulier pour Israël.
L’interprétation des langues est un don surnaturel permettant de comprendre un message exprimé dans une langue que l’interprète n’a jamais étudiée, et de transmettre ce message dans la langue locale.
Il n’est sans doute pas inutile de faire remarquer que la liste commence par les dons ayant un rapport avec les facultés intellectuelles, et se termine avec des dons plutôt associés aux émotions. Mais les Corinthiens avaient inversé cet ordre. Ils mettaient le don des langues au-dessus de tous les autres. Ils pensaient que plus un homme était rempli du Saint-Esprit, plus il accomplissait des choses spectaculaires. Ils confondaient puissance et spiritualité.
Le plus souvent, ce que la plupart nomment aujourd’hui « prophétie » n’est en fait que la paraphrase de passages bibliques ou une fausse prophétie qui ne se réalise pas. Le « message » est fréquemment donné dans une langue désuète, comme si Dieu ne savait pas utiliser une langue compréhensible pour nos contemporains !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MARDI 26 JANVIER 2010 * LE SAINT-ESPRIT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NEUVAINE A LA SAINTE FAMILLE Du 26 décembre 2009 (saint Etienne) au 3 janvier 2010 (fête de l'Epiphanie)
» Saint-Esprit ,descends sur nous "priere"
» Le Saint -Esprit glorifie Jésus
» Qui a le bon Saint-Esprit ?
» Neuvaine au Saint Esprit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: