Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LES SAINTS MARDI 29 MAI 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: LES SAINTS MARDI 29 MAI 2007   Ven 1 Juin 2007 - 12:34

MARDI 29 MAI 2007
Les Saints

Philippiens 1 : 1

1 Paul et Timothée, serviteurs de Jésus-Christ, à tous les saints en Jésus-Christ qui sont à Philippes, aux évêques et aux diacres :

1 Paul et Timothée, serviteurs de Jésus-Christ, Le bien-aimé Timothée était à Rome avec Paul, pour l’aider. Son nom apparaît en tête de plusieurs Epîtres, et dans cette lettre destinée à une Eglise bien-aimée, et qui lui est toute dévouée, Paul ne parle pas de l’autorité de Timothée, mais de son rôle de serviteur de Christ. A tous les saints en Jésus-Christ. Tous ceux qui sont en Christ, car chaque chrétien est un saint. Aux évêques et aux diacres. Nous trouvons deux classes de dirigeants dans cette Eglise organisée par l’apôtre. Chaque classe était composée d’une pluralité. Tous les commentaires s’accordent sur le fait que les "évêques" et les "anciens" représentent la même fonction. Paul appelle "ancien" un "évêque" en Tit 1 :5,7


Hébreux 9 : 27

27 Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,

27 comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, etc. L’ordre établi pour tous les hommes est de mourir une seule fois puis d’être jugés après leur mort. A leur mort, ils sont jugés définitivement sur leur vie passée.

1 Timothée 2 : 5

5 Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme,

5 Car il y a un seul Dieu. Le Dieu de tous les hommes, et non pas de multiples dieux. Ce Dieu unique désire d’une façon égale le salut de toutes ses créatures. Un seul médiateur. Pour tous les hommes, car le schéma de l’Evangile est universel. Jésus-Christ homme. Ayant pris sur lui toute l’humanité, pour être le Sauveur de tous les hommes.


1 Jean 2 : 1

1 Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste.

1 Mes petits enfants. Venant d’un enseignant de cet âge, ce style de phrase est approprié, puisque Jean devait avoir plus de quatre vingts- ans, dont cinquante au service de Christ. Afin que vous ne péchiez point. Il écrit pour les exhorter à une vie pure et sainte, la seule vie qui soit permise à ceux qui sont nés de nouveau. Si quelqu’un a péché. Si un frère, l’un d’entre vous, a été vaincu par le péché, il y a un moyen de pardon. Ils ne doivent pas pécher, mais si par malheur l’un d’eux vient à pécher, qu’il aille à Christ, l’Avocat auprès du Père. Nous avons un avocat. Qui plaide auprès du Père pour que son amour ne nous soit pas retiré, même si nous l’avons trahi par notre péché.

Apocalypse 19 : 10

10 Et je tombai à ses pieds pour l’adorer ; mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu. -Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie.

10 Et je tombai à ses pieds. Dans ce passage et dans - 22 :7,8
L’apôtre veut adorer un ange, un compagnon. A chaque fois, il en est promptement empêché. Cet épisode nous est raconté afin de nous enseigner la véritable façon d’adorer. Dans l’Eglise apostate, l’adoration est offerte aux hommes qui la dirigent. C’est un péché. Il ne peut en être ainsi. L’homme, créé à l’image de Dieu, ne doit adorer que ce qui est divin. Qui ont le témoignage de Jésus. L’ange déclare lui-même qu’il est compagnon de service "de tes frères". Dans - 22 :9
Il ajoute : "de tes frères les prophètes". Ici, nous apprenons que "le témoignage de Jésus est l’esprit de prophétie". En témoignant de Jésus, l’ange devient lui-même un des prophètes.


Esaïe 44 : 9-20

9 Ceux qui fabriquent des idoles ne sont tous que vanité, Et leurs plus belles oeuvres ne servent à rien ; Elles le témoignent elles-mêmes : Elles n’ont ni la vue, ni l’intelligence, Afin qu’ils soient dans la confusion.
10 Qui est-ce qui fabrique un dieu, ou fond une idole, Pour n’en retirer aucune utilité ?
11 Voici, tous ceux qui y travaillent seront confondus, Et les ouvriers ne sont que des hommes ; Qu’ils se réunissent tous, qu’ils se présentent, Et tous ensemble ils seront tremblants et couverts de honte.
12 Le forgeron fait une hache, Il travaille avec le charbon, Et il la façonne à coups de marteau ; Il la forge d’un bras vigoureux ; Mais a-t-il faim, le voilà sans force ; Ne boit-il pas d’eau, le voilà épuisé.
13 Le charpentier étend le cordeau, Fait un tracé au crayon, Façonne le bois avec un couteau, Et marque ses dimensions avec le compas ; Et il produit une figure d’homme, Une belle forme humaine, Pour qu’elle habite dans une maison.
14 Il se coupe des cèdres, Il prend des rouvres et des chênes, Et fait un choix parmi les arbres de la forêt ; Il plante des pins, Et la pluie les fait croître.
15 Ces arbres servent à l’homme pour brûler, Il en prend et il se chauffe. Il y met aussi le feu pour cuire du pain ; Et il en fait également un dieu, qu’il adore, Il en fait une idole, devant laquelle il se prosterne.
16 Il brûle au feu la moitié de son bois, Avec cette moitié il cuit de la viande, Il apprête un rôti, et se rassasie ; Il se chauffe aussi, et dit : Ha ! Ha ! Je me chauffe, je vois la flamme !
17 Et avec le reste il fait un dieu, son idole, Il se prosterne devant elle, il l’adore, il l’invoque, Et s’écrie : Sauve-moi ! Car tu es mon dieu !
18 Ils n’ont ni intelligence, ni entendement, Car on leur a fermé les yeux pour qu’ils ne voient point, Et le cœur pour qu’ils ne comprennent point.
19 Il ne rentre pas en lui-même, Et il n’a ni l’intelligence, ni le bon sens de dire : J’en ai brûlé une moitié au feu, J’ai cuit du pain sur les charbons, J’ai rôti de la viande et je l’ai mangée ; Et avec le reste je ferais une abomination ! Je me prosternerais devant un morceau de bois !
20 Il se repaît de cendres, Son cœur abusé l’égare, Et il ne sauvera point son âme, et ne dira point : N’est-ce pas du mensonge que j’ai dans ma main ?


9-20 La réalisation d'image est décrite, pour exposer la folie des idolâtres Bien qu'un homme ait utilisé la partie d'un rondin pour le combustible, il est tombé avant une image faite du reste, en le priant de lui livrer. L'homme déshonore considérablement Dieu, quand il le représente d’ après l'image de l'homme.
Satan aveugle les yeux d'incroyants, en provoquant des raisonnements absurdes dans les questions de religion.
Si les hommes cherchent le bonheur dans les choses de ce monde, ou heurtent l'incrédulité, la superstition, ou un système faux, ils se nourrissent des cendres.
Nos coeurs sont-ils mis sur la richesse du monde et de ses plaisirs ? Ils prouveront certainement un mensonge. Si nous nous fions aux professions outwardes et aux actions, comme si ceux-là nous sauveraient, nous nous trompons. Le soupçon de soi est le premier pas vers la délivrance de soi. Il qui livrerait son âme, doit questionner sa conscience, y a-il pas un mensonge dans mon assistant ?

Esaïe 44 : 9-20 -TRADUIT AVEC PROMT DE L’ANGLAIS VERS LE FRANÇAIS.


Psaume 115 : 2-9

2 Pourquoi les nations diraient-elles : Où donc est leur Dieu ?
3 Notre Dieu est au ciel, Il fait tout ce qu’il veut.
4 Leurs idoles sont de l’argent et de l’or, Elles sont l’ouvrage de la main des hommes.
5 Elles ont une bouche et ne parlent point, Elles ont des yeux et ne voient point,
6 Elles ont des oreilles et n’entendent point, Elles ont un nez et ne sentent point,
7 Elles ont des mains et ne touchent point, Des pieds et ne marchent point, Elles ne produisent aucun son dans leur gosier.
8 Ils leur ressemblent, ceux qui les fabriquent, Tous ceux qui se confient en elles.
9 Israël, confie-toi en l’Eternel ! Il est leur secours et leur bouclier.


La gloire qui doit être attribuée à Dieu. (1-Cool

1-8 Qu’aucune opinion sur nos propres mérites ne prenne place dans nos louanges. Tout le bien que nous prodiguons n’est opéré que par la puissance de Sa grâce ; tous les bienfaits que nous recevons ne sont que le fruit de Sa miséricorde ; tout cela doit se retrouver dans notre adoration. Sommes-nous en quête de n’importe quel bienfait d’origine diverse pour risquer d’entrer ensuite en conflit avec Dieu ? Nous ne devons tirer nos encouragements que dans la prière avec Dieu. "Seigneur, dirige-nous vers ce but"; ne recherchons d’autres réconforts que ceux rencontrés dans Sa miséricorde, Sa vérité et Sa gloire. Les dieux de ce monde n’ont aucun sens physique. Ils ne sont que des oeuvres humaines : Le peintre, le sculpteur et le modeleur ne peuvent générer aucune vie, donc aucun sens physique. Le psalmiste souligne en conséquence la folie des adorateurs d’idoles.

9 C’est de la folie de placer sa confiance dans de vaines images, mais il est sage de la placer dans le Dieu vivant, car Il est à la fois une aide et un bouclier.


Actes 14 : 11-18


11 A la vue de ce que Paul avait fait, la foule éleva la voix, et dit en langue lycaonienne : Les dieux sous une forme humaine sont descendus vers nous.
12 Ils appelaient Barnabas Jupiter, et Paul Mercure, parce que c’était lui qui portait la parole.
13 Le prêtre de Jupiter, dont le temple était à l’entrée de la ville, amena des taureaux avec des bandelettes vers les portes, et voulait, de même que la foule, offrir un sacrifice.
14 Les apôtres Barnabas et Paul, ayant appris cela, déchirèrent leurs vêtements, et se précipitèrent au milieu de la foule,
15 en s’écriant : O hommes, pourquoi agissez-vous de la sorte ? Nous aussi, nous sommes des hommes de la même nature que vous ; et, vous apportant une bonne nouvelle, nous vous exhortons à renoncer à ces choses vaines, pour vous tourner vers le Dieu vivant, qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve.
16 Ce Dieu, dans les âges passés, a laissé toutes les nations suivre leurs propres voies,
17 quoiqu’il n’ait cessé de rendre témoignage de ce qu’il est, en faisant du bien, en vous dispensant du ciel les pluies et les saisons fertiles, en vous donnant la nourriture avec abondance et en remplissant vos coeurs de joie.
18 A peine purent-ils, par ces paroles, empêcher la foule de leur offrir un sacrifice.


11 A la vue de ce que Paul avait fait. Il doit être gardé à l’esprit que le peuple de Lystre était composé de païens, qui croyaient dans de nombreux dieux, et que leurs légendes leur disaient que ces dieux venaient souvent sous une forme humaine pour s’occuper des affaires des hommes. Il n’est donc pas étrange qu’en étant témoins d’un tel miracle, de quelque chose jamais vu dans leur ville, ils s’exclament : "les dieux sous une forme humaine sont venus vers nous". En langue lycaonienne. Paul avait prêché en Grec, langue comprise dans tout l’Orient, mais le dialecte des natifs de la Lycaonie était différent, et c’est dans ce dialecte qu’ils s’expriment entre eux.

12 Ils appelaient Barnabas Jupiter. Le chef des dieux dans le Panthéon Grec et Romain. Barnabas était sans doute d’une stature plus importante que Paul, qui dit de lui-même que "présent en personne il est faible". 2Co 10:10
Et c’est là aussi une raison qui les faisait dire : Paul Mercure. Ce dieu était "l’interprète des dieux". Son nom Grec, Hermès, est à l’origine de notre mot "Herméneutique". Paul était éloquent, persuasif, actif, toutes choses pouvant faire penser à Mercure.

13 Le prêtre de Jupiter. Il y avait un temple de Jupiter devant les portes de la ville, avec un prêtre, qui, transporté par leur idée, se préparait à offrir un sacrifice aux dieux qu’ils supposaient être venus les visiter. Amena des taureaux avec des bandelettes. Pour des sacrifices ; ces sacrifices devant être décoré de guirlandes, et des couronnes de fleurs devaient être portées par le prêtre offrant le sacrifice.

14 Les apôtres Barnabas et Paul. Le terme "apôtres" est utilisé en 14:4
Il est appliqué dans le NT un certain nombre de fois à des personnes ne faisant pas partie des douze, mais du corps apostolique. Voir : 2Co 8:23
Paul était un apôtre, choisi par le Seigneur, et Barnabas était un missionnaire apostolique, envoyé ("apôtre" veut dire "un envoyé") par le Saint-Esprit. Déchirèrent leurs vêtements. Un signe de grand chagrin, et même d’indignation et d’horreur. Voir : Ge 37:29 Mt 26:65

15 Nous aussi nous sommes des hommes. Non des dieux, mais des humains comme vous-mêmes. Il faut voir dans ces protestations la dévotion ferme et sans défaillance des apôtres pour la vérité. Même en y retirant des avantages, ils ne voulaient pas permettre une déception. Renoncer à ces choses vaines. De cette idolâtrie. A la place, ils les appelaient à adorer le Dieu vivant, le Créateur de toutes choses.

16 Dans les âges passés. Il a laissé les nations à leurs propres vanités jusqu’à ce qu’il soit démontré que l’homme ne peut trouver Dieu qu’en le cherchant. Les efforts de la sagesse humaine ont toujours été un échec.

17 Quoiqu’il n’ait cessé de rendre témoignage. La nature, par une infinité de manières, rend témoignage de lui. Voir : Ro 1:18-21


8-18 Toutes choses sont possibles à ceux qui croient. Lorsque nous avons la foi, ce don de Dieu le plus précieux, nous sommes délivrés de l’incapacité spirituelle dans laquelle nous sommes nés, et de la domination des habitudes coupables qui se sont formées depuis ; nous sommes rendus capables de nous tenir dans la justice, et de marcher gaiement dans les chemins du Seigneur. Quand Christ, le Fils de Dieu, est apparu dans la ressemblance aux hommes, et qu’il a fait de nombreux miracles, les hommes étaient si éloignés de lui offrir un sacrifice, qu’ils en ont fait un sacrifice à leur fierté et leur malice ; mais Paul et Barnabas, en accomplissant un miracle, ont été traités comme des dieux. Le même pouvoir du dieu de ce monde, qui ferme l’esprit charnel contre la vérité, fait que les erreurs et les fautes trouvent une admission facile. Il ne nous est pas dit que les apôtres ont déchiré leurs vêtements quand le peuple a parlé de les lapider, mais ils l’ont fait quand le peuple a voulu les adorer ; ils ne pouvaient supporter cela, étant plus concernés par l’honneur de Dieu que par leur propre honneur. La vérité de Dieu n’a pas besoin des services du mensonge de l’homme. Les serviteurs de Dieu pourraient obtenir facilement des honneurs indus s’ils voulaient faire un clin d’œil aux erreurs et aux vices des hommes ; mais ils doivent redouter et détester un tel respect plus que tout reproche. Lorsque les apôtres ont prêché aux Juifs, qui détestaient l’idolâtrie, ils avaient seulement à prêcher la grâce de Dieu en Christ ; mais quand ils devaient le faire avec les païens, ils devaient redresser les erreurs qui se trouvaient dans leur religion naturelle. Comparez leur conduite et leur déclaration avec les opinions fausses de ceux qui pensent que l’adoration d’un Dieu, quel que soit son nom, quelle que soit la manière, est également acceptable pour le Seigneur Tout-puissant. Les arguments les plus puissants, les recommandations les plus sérieuses et les plus affectueuses, même avec des miracles, sont rarement suffisantes pour garder les hommes contre des absurdités et des abominations ; et encore moins ces arguments peuvent, s’ils ne sont pas accompagnés d’une grâce spéciale, tourner les coeurs des pécheurs vers Dieu et vers la sainteté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LES SAINTS MARDI 29 MAI 2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prières à nos Saints qui marchent avec nous pour 2007...
» Méditation du Mardi 26 Mars 2013 Mardi Saint
» Saints et Saintes du mardi 9 aout
» Pardonner 70 fois 7 fois (Mardi 3ème semaine du Carême)
» Benoit XVI s'adresse aux jeunes a Londres: SOYEZ DES SAINTS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: