Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 VOIR L'INVISIBLE - MARDI 20 NOVEMBRE 2007-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: VOIR L'INVISIBLE - MARDI 20 NOVEMBRE 2007-   Mer 21 Nov 2007 - 13:23

Le 20/11/07

Voir l’invisible.

Jean 14 : 1-27

1 Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi.
2 Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place.
3 Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi.
4 Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin.
5 Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ?
6 Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.
7 Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu.
8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.
9 Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ?
10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les oeuvres.
11 Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces oeuvres.
12 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père ;
13 et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.
14 Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.
15 Si vous m’aimez, gardez mes commandements.
16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,
17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.
18 Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous.
19 Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi.
20 En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous.
21 Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui.
22 Jude, non pas l’Iscariot, lui dit : Seigneur, d’où vient que tu te feras connaître à nous, et non au monde ?
23 Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.
24 Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé.
25 Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous.
26 Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.
27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point.


Christ réconforte ses disciples. (1-11)
1-11 «Que votre coeur ne se trouble point". Il y a ici trois mots sur lesquels on peut mettre l’accent. Le mot "votre» : Même si les autres sont accablés par les peines du temps présent que cela ne soit pas votre cas. Le mot "coeur» : que votre coeur soit gardé dans une totale confiance en Dieu. Le mot "trouble» : ne soyez pas désemparé et agité. Les disciples de Christ, plus que les autres, doivent garder leurs esprits apaisés quand par ailleurs tout est sujet d’inquiétude. On trouve à la suite le remède contre ce trouble de l’esprit : "Croyez". En croyant en Christ comme le Médiateur entre Dieu et l’homme nous gagnons le réconfort. Le bonheur du ciel est décrit comme celui de la maison d’un père. Il y a beaucoup de demeures, car il y a beaucoup de fils appelés à être glorifiés. Ces demeures seront les nôtres jusqu’à la fin. Christ sera le Finisseur de ce dont il est l’Auteur, de ce qu’il a commencé ; s’il a préparé l’endroit pour nous, il nous préparera pour ce lieu. Christ est le Chemin du pécheur vers le Père et le ciel, dans sa personne comme Dieu manifesté dans la chair, dans son sacrifice expiatoire, et comme notre Avocat. Il est la Vérité, comme accomplissement de toutes les prophéties d’un Sauveur. Il est la Vie, par lequel l’Esprit qui donne la vie fait renaître celui qui est mort dans le péché. Nul homme ne peut s’approcher de Dieu comme d’un Père, s’il n’a pas été ressuscité par Lui comme étant la Vie, et enseigné par Lui comme étant la Vérité à venir par Lui comme étant le Chemin. Par Christ comme étant le Chemin, nos prières vont à Dieu, et ses bénédictions viennent à nous ; c’est là le Chemin qui mène au repos, le bon vieux Chemin. Il est la Résurrection et la Vie. Tout ceux qui ont vu Christ par la foi, ont vu le Père en Lui. Dans la lumière de la doctrine de Christ, ils ont vu Dieu comme le Père des lumières ; et dans les miracles de Christ, ils ont vu Dieu comme le Dieu de puissance. La sainteté de Dieu a brillé dans la pureté sans tache de la vie de Christ. Nous devons croire à la révélation de Dieu à l’homme en Christ ; car les oeuvres du Rédempteur montrent sa propre gloire, et Dieu en lui.

Il réconforte de nouveau ses disciples. (12-17)
12-17 Quel que soit ce que nous demandons dans le nom de Christ, si c’est pour notre bien, et si cela est convenable à notre état, il nous le donnera. Demander dans le nom de Christ, c’est plaider son mérite et son intercession, et dépendre de cette défense. Le don de l’Esprit est un fruit de la médiation de Christ, acheté par son mérite, et reçu par son intercession. Le mot "paraclet" traduit ici par "consolateur," signifie un avocat, un conseiller, un moniteur. Il doit demeurer avec les disciples jusqu’à la fin des temps ; ses dons et ses grâces doivent encourager leurs coeurs. Les expressions utilisées ici et ailleurs dénotent clairement une personne, et la fonction elle-même incorpore toutes les perfections divines. Le don du Saint-Esprit est donné sur les disciples de Christ, et pas sur le monde. C’est la faveur que Dieu accorde à ses élus. Comme la source de la sainteté et du bonheur, le Saint-Esprit demeurera avec chaque croyant pour toujours.

Il réconforte une troisième fois ses disciples. (18-31)
18-24 Christ promet qu’il veut continuer à prendre soin de ses disciples. "Je ne vous laisserai pas orphelins," ou sans père, car bien que je vous quitte, cependant je vous laisse ce réconfort : "je viendrai à vous". Je viendrai rapidement à vous dès ma résurrection. Je viendrai quotidiennement à vous par mon Esprit, par les signes de son amour, et les visites de sa grâce. Je viendrai certainement à la fin des temps. Seuls ceux qui voient Christ avec l’œil de la foi, le verront pour toujours : le monde ne le verra plus jusqu’à sa seconde venue ; mais ses disciples ont la communion avec lui en son absence. Ces mystères seront pleinement connus dans le ciel. C’est une action dans le futur de la grâce, qu’ils puissent en avoir connaissance, et en avoir le réconfort. Ayant les commandements de Christ, nous devons les garder. Et les ayant dans nos têtes, nous devons les garder dans nos coeurs et dans nos vies. Les évidences les plus sûres de notre amour pour Christ sont l’obéissance aux lois de Christ. Il y a des signes spirituels de Christ et de son amour qui sont donnés à tous les croyants. Là où il y a un amour sincère pour Christ dans le coeur, il y aura obéissance. L’amour sera un commandement, un principe contraignant ; et là où se trouve l’amour, le devoir suit selon un principe de gratitude. Non seulement Dieu aime les croyants obéissants, mais il prendra plaisir à les aimer, et conservera son amour pour eux. Il fera en eux sa demeure. Ces privilèges sont réservés à ceux dont la foi oeuvre par amour, et dont l’amour pour Jésus les conduit à garder ses commandements. Tels sont les participants de la grâce du Saint-Esprit, la grâce qui renouvelle.

25-27 Si nous voulons connaître ces choses pour notre bien, nous devons prier pour cela, et dépendre de l’enseignement du Saint-Esprit ; ainsi les paroles de Jésus seront rappelées à notre mémoire, et de nombreuses difficultés seront clarifiées, alors qu’elles ne seront pas évidentes pour les autres. A tous les saints l’Esprit de grâce est donné comme un aide-mémoire, et à lui, par la foi et la prière, nous devons remettre la garde de ce que nous entendons et que nous savons. La paix est déposée pour tout ce qui est bien, et Christ nous a laissé tout ce qui est vraiment et réellement bon, tout ce qu’il a promis être bon ; la paix de l’esprit qui vient de notre justification devant Dieu. C’est cela que Christ appelle sa paix, car il est notre Paix. La paix de Dieu est largement différente de celle des pharisiens ou des hypocrites, comme cela est montré par ses effets d’humiliation et saints.

Actes 4 : 12

12 Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

12 Il n’y a de salut en aucun autre. Il n’y a pas d’autre Sauveur que Jésus ; nul salut s’il est rejeté ; nul autre nom n’à le pouvoir de sauver de la destruction. Pourquoi alors invoquer la Vierge, ou les saints ?

Romains 6 : 23

23 Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.

21-23 Le plaisir et le profit du péché ne méritent pas d’en être appelés les fruits. Les pécheurs ne sont que des laboureurs de l’iniquité, semant la vanité, et moissonnant de même. La honte est venue dans le monde avec le péché, et elle en est encore l’effet certain. La fin du péché, c’est la mort. Et bien que le chemin puisse paraître agréable et engageant, cependant il ne sera qu’amertume à son extrémité. De cette condamnation le croyant est mis en liberté, quand il est rendu libre du péché. Si le fruit est la sainteté, s’il y a un principe actif de grâce vraie et croissante, la fin sera la vie éternelle ; une fin très heureuse ! Bien que le chemin soit au sommet d’une colline, bien qu’il soit étroit, épineux, cependant la vie éternelle se trouve à son extrémité. Le don de Dieu est la vie éternelle. Et ce don est au travers de Jésus-Christ notre Seigneur. Christ l’a acheté, l’a préparé, nous y prépare, nous y préserve ; il est le Tout en tout dans notre salut.

Philippiens 4 : 19

19 Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ.

C’est peut-être le verset le plus connu et le plus aimé de ce chapitre. La description de leur aide fidèle précède cette promesse. Autrement dit, du fait de leurs dons qui mettaient en danger leurs moyens d’existence, Dieu pourvoira à tous leurs besoins. Il est malheureusement facile de sortir ce verset de son contexte et de s’en servir comme d’un oreiller de paresse comme certains chrétiens qui dilapident leur argent égoïstement, sans se préoccuper le moins du monde des besoins de l’oeuvre de Dieu ! « C’est bien, le Seigneur pourvoira à tous vos besoins » !

S’il est vrai en général que Dieu pourvoit effectivement aux besoins de son peuple, ce verset est une promesse spécifique : ceux qui sont fidèles et engagés dans l’oeuvre de Dieu ne manqueront de rien.

On a souvent fait remarquer que Dieu pourvoit aux besoins de son peuple, non en puisant dans ses richesses, mais selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ. Si un millionnaire donnait la dîme à un enfant, il lui donnerait une partie de ses richesses. Mais s’il donne un demi-million de francs à une noble cause, il donne selon ses richesses. Dieu donne selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ, et rien ne saurait être plus riche !

Williams compare ce verset à un chèque tiré sur la banque de la foi :
- Mon Dieu -Nom du banquier.
- pourvoira -Promesse de paiement.
- à tous vos besoins -Valeur du chèque.
- selon sa richesse -Capital de la banque.
- avec gloire -Siège social de la banque.
- en Jésus-Christ -Signature au bas du chèque, sans laquelle celui-ci serait nul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
VOIR L'INVISIBLE - MARDI 20 NOVEMBRE 2007-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vendredi 9/11/2007 : nous y voilà...
» Semaine du 29 octobre au 4 novembre 2007
» Semaine du 19 au 25 novembre 2007
» les animeaux sente t ils les ames???
» Qu'est-ce que la magie?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: