Psaumes 37:4

Sujets chrétiens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARDI 07 JANVIER 2009 GENESE ( SUITE 7 ).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guidobarbarossa



Nombre de messages : 204
Age : 69
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: MARDI 07 JANVIER 2009 GENESE ( SUITE 7 ).   Jeu 8 Jan 2009 - 16:23

Mardi 07 Janvier 2009

La Genèse (suite 7).

Genèse 37 : 1-28

1 Jacob demeura dans le pays de Canaan, où avait séjourné son père.
2 Voici la postérité de Jacob. Joseph, âgé de dix–sept ans, faisait paître le troupeau avec ses frères; cet enfant était auprès des fils de Bilha et des fils de Zilpa, femmes de son père. Et Joseph rapportait à leur père leurs mauvais propos.
3 Israël aimait Joseph plus que tous ses autres fils, parce qu’il l’avait eu dans sa vieillesse; et il lui fit une tunique de plusieurs couleurs.
4 Ses frères virent que leur père l’aimait plus qu’eux tous, et ils le prirent en haine. Ils ne pouvaient lui parler avec amitié.
5 Joseph eut un songe, et il le raconta à ses frères, qui le haïrent encore davantage.
6 Il leur dit: Ecoutez donc ce songe que j’ai eu!
7 Nous étions à lier des gerbes au milieu des champs; et voici, ma gerbe se leva et se tint debout, et vos gerbes l’entourèrent et se prosternèrent devant elle.
8 Ses frères lui dirent: Est–ce que tu règneras sur nous? est–ce que tu nous gouverneras? Et ils le haïrent encore davantage, à cause de ses songes et à cause de ses paroles.
9 Il eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit: J’ai eu encore un songe! Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.
10 Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda, et lui dit: Que signifie ce songe que tu as eu? Faut–il que nous venions, moi, ta mère et tes frères, nous prosterner en terre devant toi?
11 Ses frères eurent de l’envie contre lui, mais son père garda le souvenir de ces choses.
12 Les frères de Joseph étant allés à Sichem, pour faire paître le troupeau de leur père,
13 Israël dit à Joseph: Tes frères ne font–ils pas paître le troupeau à Sichem? Viens, je veux t’envoyer vers eux. Et il répondit: Me voici!
14 Israël lui dit: Va, je te prie, et vois si tes frères sont en bonne santé et si le troupeau est en bon état; et tu m’en rapporteras des nouvelles. Il l’envoya ainsi de la vallée d’Hébron; et Joseph alla à Sichem.
15 Un homme le rencontra, comme il errait dans les champs. Il le questionna, en disant: Que cherches–tu?
16 Joseph répondit: Je cherche mes frères; dis–moi, je te prie, où ils font paître leur troupeau.
17 Et l’homme dit: Ils sont partis d’ici; car je les ai entendus dire: Allons à Dothan. Joseph alla après ses frères, et il les trouva à Dothan.
18 Ils le virent de loin; et, avant qu’il fût près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir.
19 Ils se dirent l’un à l’autre: Voici le faiseur de songes qui arrive.
20 Venez maintenant, tuons–le, et jetons–le dans une des citernes; nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré, et nous verrons ce que deviendront ses songes.
21 Ruben entendit cela, et il le délivra de leurs mains. Il dit: Ne lui ôtons pas la vie.
22 Ruben leur dit: Ne répandez point de sang; jetez–le dans cette citerne qui est au désert, et ne mettez pas la main sur lui. Il avait dessein de le délivrer de leurs mains pour le faire retourner vers son père.
23 Lorsque Joseph fut arrivé auprès de ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, de la tunique de plusieurs couleurs, qu’il avait sur lui.
24 Ils le prirent, et le jetèrent dans la citerne. Cette citerne était vide; il n’y avait point d’eau.
25 Ils s’assirent ensuite pour manger. Ayant levé les yeux, ils virent une caravane d’Ismaélites venant de Galaad; leurs chameaux étaient chargés d’aromates, de baume et de myrrhe, qu’ils transportaient en Egypte.
26 Alors Juda dit à ses frères: Que gagnerons–nous à tuer notre frère et à cacher son sang?
27 Venez, vendons–le aux Ismaélites, et ne mettons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre chair. Et ses frères l’écoutèrent.
28 Au passage des marchands madianites, ils tirèrent et firent remonter Joseph hors de la citerne; et ils le vendirent pour vingt sicles d’argent aux Ismaélites, qui l’emmenèrent en Egypte.


Joseph est aimé par Jacob, Il est haï par ses frères. (1-4)

1-4 Dans l’histoire de Joseph, nous voyons quelques similitudes avec celle de Jésus Christ, qui a été premièrement humilié, puis honoré. Nous voyons également le sort des chrétiens qui cheminent vers le royaume céleste en traversant de nombreuses tribulations. C’est une histoire unique; elle montre à quel point l’esprit humain est tortueux, à la fois bon et mauvais; on peut y voir la providence divine utilisant les personnages de ce texte pour accomplir ses desseins. Bien que Joseph ait été le fils préféré de son père, il n’a pas été élevé dans l’oisiveté. Ceux qui n’aiment pas vraiment leurs enfants, ne les confrontent pas au monde des affaires, du travail et des difficultés. Trop gâter ses enfants peut vraiment les conduire à la corruption. Ceux qui sont élevés dans l’oisiveté sont susceptibles de n’être que des bons à rien. Mais Jacob révèle son amour, en habillant Joseph de manière plus raffinée qu’il n’a habillé le reste de ses enfants. Il n’est pas bon que les parents fassent une différence entre leurs enfants, à moins qu’il y ait cause sérieuse à cela, par exemple, la conduite de ces derniers. Quand les parents font une telle différence, les enfants le remarquent bien vite et cela n’amène que des querelles dans les familles. Les fils de Jacob étaient dans ce cas: Bien qu’ils soient sous la responsabilité de leur père, ils ne se trouvaient pas à la maison, avec lui; Joseph a fait un rapport à son père, quant à la mauvaise conduite de ses frères, afin que le patriarche les corrige. La mauvaise attitude de ces derniers n’a pas été rapportée pour semer la discorde: La conduite de Joseph était celle d’un frère fidèle.

Le songe de Joseph. (5-11)

5-11 Dieu a fait voir à Joseph la perspective de sa destinée, pour l’encourager et le soulager lors de ses futures épreuves, qui s’avèreront longues et pénibles. Il faut noter que le songe de Joseph correspond à des périodes de bénédictions et non pas à son emprisonnement. Ainsi, beaucoup de jeunes, à l’aube de leur vie, ne pensent qu’à la prospérité et au plaisir, jamais aux épreuves éventuelles. Les frères de Joseph ont correctement interprété le songe, bien qu’ils en détestaient la teneur. Quand ils commirent les crimes visant à la perte de leur frère, ils furent en réalité les instruments accomplissant la volonté divine. De même, les juifs ont compris ce que Christ a dit, au sujet de Son royaume. Etant déterminés à ne pas Le voir régner sur eux, ils se sont concertés pour Le mettre à mort; et par Sa crucifixion, ils l’ont conduit vers la gloire de Son oeuvre rédemptrice, une destinée qu’ils voulaient assurément ne pas voir s’accomplir!

Jacob envoie Joseph visiter ses frères, Ils complotent de le faire mourir. (12-22)

12-22 Remarquez la bonne disposition de Joseph pour obéir aux ordres de son père! Les enfants qui sont vraiment aimés par leurs parents devraient être les plus prompts à obéir. Notez également à quel point les frères de Joseph étaient délibérément contre lui. Ils ont prémédité de le tuer et de masquer leur acte en maquillant son vêtement avec du sang. Quiconque hait son frère est un meurtrier, 1Jean 3:15. Les fils de Jacob ont détesté leur frère parce que leur père le préférait à eux. Tout ce qui est arrivé, en particulier ces différents songes, a conduit à cette violence; ses frères avaient de la rancœur contre Joseph, rancœur qui ne pouvait s’apaiser que par sa mort. Tous les coeurs sont dans les mains de Dieu. Ruben, le premier-né, avait les pires raisons d’être jaloux de Joseph, cependant il a prouvé qu’il était son meilleur ami. Dieu a outrepassé toutes choses pour atteindre Son propre objectif; il a fait de Joseph l’instrument qui a sauvé beaucoup de vies humaines. Joseph était une image de Christ; bien qu’Il soit le Fils bien-aimé du Père, Christ, dans son amour, est descendu parmi nous, en toute humilité. Du ciel, Il est venu sur terre pour nous chercher et nous sauver; Il a subi ici-bas tous les affronts et les pièges dressés contre Lui. Les siens ne l’ont pas reçu, et ils l’ont crucifié. Cette soumission était volontaire, dans le but de nous racheter et de nous sauver.

Les frères de Joseph le vendent. (23-10)

23-30 Ils ont jeté Joseph dans une citerne, afin qu’il périsse, de faim et de froid; quelle cruauté de la part de ses frères! Ils l’ont maltraité et laissé en pleine détresse, et n’ont pas été affligés par le désarroi de leur frère, voir Amos 6:6; alors que ce dernier était au fond de cette citerne, ils se sont assis calmement autour pour manger leur pain. Ils n’ont éprouvé aucun remord pour leur péché. La colère de l’homme finira par glorifier Dieu, et du résultat de cette colère, Il se ceindra, Ps 76:10. Les frères de Joseph ont été divinement retenus dans leur tentative d’assassinat, et la vente qu’ils ont ensuite opérée a contribué merveilleusement à l’éloge divin.

Romains 2 : 11

11 Car devant Dieu il n’y a point de favoritisme.

11 Ainsi sera démontrée l’impartialité du jugement divin, dont personne ne sera exempt.

Notes.

11 Considération de personnes traduit une expression grecque tirée d’une métaphore vétéro-testamentaire « relever la tête de quelqu’un », c’est-à-dire lui montrer de la faveur. Les Juifs prétendaient que leur alliance avec Dieu leur garantissait sa clémence, avec la position de « la nation la plus favorisée ». Paul réfute cette opinion comme bien des prophètes l’avaient fait avant lui (par exemple Am 3:2; 9:7-Cool.

Le jugement de Dieu est dénué de tout favoritisme. Dans les tribunaux humains, on accorde souvent un préjugé favorable à l’apparence: richesse et influence ; tandis que Dieu s’avère parfaitement impartial. Aucune considération relative à la race, à la position ou à l’apparence ne l’influence.


Nombres 12 : 6

6 Et il dit: Ecoutez bien mes paroles! Lorsqu’il y aura parmi vous un prophète, c’est dans une vision que moi, l’Eternel, je me révélerai à lui, c’est dans un songe que je lui parlerai.

6 Si vous avez quelque prophète. Dieu aurait pu leur dire: "Quand je vous parle, à vous, comme prophètes..." Mais il les humilie davantage en les faisant rentrer tous deux dans une classe plus générale, celle de ces serviteurs d’ordre inférieur (comparativement à Moïse), qu’il appelle prophètes de l’Eternel. .
Vision, songe. Tantôt le prophète tombe dans l’état de sommeil dans lequel il reçoit un songe, tantôt il est transporté dans un état d’extase où une vision lui est présentée. Ce sont des tableaux énigmatiques (v. 8, énigmes), dans lesquels lui est manifestée plus ou moins obscurément la pensée divine (comp. Joël 2: 28). C’est que de tels serviteurs n’ont qu’une mission particulière et momentanée au service de la grande oeuvre de Dieu.


Matthieu 10 : 7-8

7 Allez, prêchez, et dites: Le royaume des cieux est proche.
8 Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.


7 Pour message, ils devaient proclamer que le royaume de Dieu était proche. Si Israël refusait, il n’aurait droit à aucune excuse, parce qu’il aurait bénéficié d’une annonce officielle qui lui était exclusivement réservée. Le royaume s’est approché d’Israël en la personne du Roi. Israël doit décider maintenant s’il l’accepte ou s’il le rejette.
8 Les disciples reçurent des lettres de créance pour confirmer leur message. Ils devaient guérir les malades, ressusciter les morts, purifier les lépreux, chasser les démons. Les Juifs demandaient des signes (1Co 1 : 22) ; alors Dieu daigna leur en accorder.
Quant à la rémunération, les envoyés du Seigneur ne devaient rien demander en retour des services offerts. Ils avaient reçu leurs dons gratuitement ; ils devaient en faire profiter les autres gratuitement.


Marc 11 : 24-26

24 C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.
25 Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses.
26 Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.


24 Si nous sommes vraiment sur la même longueur d’onde que le Seigneur, et si nous prions par l’Esprit, nous serons assurés de l’exaucement de nos prières avant même d’en voir les preuves matérielles.
25-26 Mais l’une des conditions primordiales à cet exaucement, c’est notre promptitude à pardonner. Si nous adoptons une attitude dure et rancunière à l’égard des autres, ne nous attendons pas à ce que Dieu nous écoute et nous exauce. Nous devons pardonner si nous voulons être pardonnés. Il ne s’agit pas ici du pardon juridique de nos péchés obtenu à la conversion, pardon qui est un pur effet de la grâce, accepté par la foi. Dans notre passage, Jésus parle des relations que Dieu entretient avec ceux qui sont déjà ses enfants. Le refus de pardonner interrompt la communion avec le Père qui est dans les cieux, et empêche la bénédiction de se répandre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MARDI 07 JANVIER 2009 GENESE ( SUITE 7 ).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orphanews: Bulletin du 28 janvier 2009-Partie A
» Semaine du 12 au 18 janvier 2009
» INTERVIEW DU Dr DIETER BROERS (BIOPHYSICIEN) DU 1er JANVIER 2009 Rayonnement électromagnétique du Soleil
» 2009: Le 14/01 - Photo ovni prise le mercredi 14 Janvier.
» Vendredi 9 janvier 2009, Saint Julien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psaumes 37:4 :: EGLISE D'HAINE-ST-PIERRE :: Sujets des messages de l'église d'Haine-St-Pierre-
Sauter vers: